Petite hausse en vue à Wall Street, l'Europe hésite

LES BOURSES EUROPÉENNES EN ORDRE DISPERSÉ À MI-SÉANCELES BOURSES EUROPÉENNES EN ORDRE DISPERSÉ À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) – Wall Street est demandée en hausse prudente mais les Bourses européennes évoluent en ordre dispersé vendredi à mi-séance, effaçant la tentative de rebond de la matinée face à de multiples sources pour l’incertitudes avant un nouvel indicateur sur la situation économique us. Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de quelque 0,15%. À Paris, le CAC 40 perd 0,54% à 6.458,46 à 11h27 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,1% et à Londres, le FTSE prend 0,14%.

Le FTSEurofirst 300 recule de 0,17% et l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,28%. Le Stoxx 600 abandonne 0,16%, et après avoir perdu 0,95% jeudi, l’indice européen de référence se dirige vers une performance hebdomadaire négative, de l’ordre de 0,55%.

Après un rebond initial, une grande partie des places boursières passe dans le de couleur rouge, signe que les craintes relatives à la hausse de l’inflation, au rythme de la reprise économique et à l’évolution de la pandémie demeurent malgré les commentaires des responsables de la Réserve fédérale us et de la Banque centrale européenne sur leur soutien à la reprise.

“Les cas de COVID-19 sont en forte hausse et l’impact sur l’économie peut s’avérer plus considérable que anticipé”, ont rédigé les analystes de MUFG dans une note.

La confirmation du ralentissement de l’inflation dans la zone euro à 1,9% en juin sur un an après 2,0% en mai n’a pas eu pour l’effet sur la tendance.

La publication des ventes au détail aux Etats-Unis, à 12h30 GMT, pour le mois de juin peut potentiellement avoir plus pour l’impact. LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

A la Bourse de New York, Intel gagne 1% en avant-Bourse après des informations du Wall Street Journal selon lesquelles le géant américain est en discussions pour racheter le fabricant de puces GlobalFoundries pour 30 milliards de dollars.

VALEURS EN EUROPE

L’indice Stoxx des transports et loisirs reprend 1,52% après avoir enchaîné 4 séances dans le de couleur rouge en raison des craintes entourant le variant Delta.

Accor gagne 1,96%, Lufthansa 2,42% mais Unibail-Rodamco-Westfield (+1,95%) est soutenu par un renouvellement de recommandation de HSBC à l’achat.

A l’inverse, le domaine des ressources de base, celui des banques ou bien encore de l’automobile perdent de 0,39% à 1,38%.

A Paris, les géants du luxe LVMH (-1,82%), Kering (-1,72%) et Hermes (-1,93%) figurent parmi les plus fortes baisses de la journée, de même que ArcelorMittal (-2,52%) et TechnipFMC (-4,24%).

Entre la morosité du marché et des prises de bénéfices, le britannique Burberry et le suisse Richemont abandonnent 4,18% et 2,01% respectivement en dépit de bons résultats trimestriels.

Ericsson chute de 7,48% après la publication pour l’un bénéfice pour l’exploitation trimestriel inférieur aux attentes avec la baisse de l’activité en Chine continentale.

TAUX Le sentiment pour l’aversion au risque se traduit par un retour sur les emprunts pour l’Etat en Europe, avec par conséquence une baisse des rendements de référence: celui du Bund allemand à dix ans cède près de deux points de base pour retourner sous -0,35%, au plus bas à partir de fin mars, et celui de l’OAT de même échanges plus de deux points à -0,013%.

La tendance est autre sur le marché américain, où le rendement des Treasuries à dix ans avance de 2,7 points à 1,3238%, après avoir chuté pour l’environ douze points de base sur les deux dernières séances en réaction aux commentaires du président de la Réserve fédérale sur le caractère transitoire de l’inflation.

CHANGES L’indice mesurant les variations de la devise us face à un panier de référence gagne tout juste 0,1%.

L’euro revient ainsi autour de 1,1803, soit un recul de 0,08%.

PÉTROLE

Le marché pétrolier recule légèrement et devrait pour l’enregistrer une baisse sur l’ensemble de la semaine face aux craintes pour l’une augmentation de la réalisation après des informations sur un compromis à ce sujet entre l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.

Le Brent cède 0,12% à 73,38 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,03% à 71,63 dollars.

(Reportage Laetitia Volga, édité par Pantalon en jean-Michel Bélot)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *