Paris : cède 0,2% dans un contexte particulier de 14 juillet

POINT MARCHÉS-L'Europe termine dans le rouge, l'aversion au risque éclipse l'entretien Biden-Xi

* L’échange entre Biden et Xi n’a pas suffi à calmer l’aversion au risque
* Le CAC finit en baisse de 0,31% et le Stoxx 600 de 0,26%
* Wall Street avance dans le rougeâtre à mi-séance après avoir ouvert dans le
vert
* Matières premières et technologiques résistent au retournement de tendance

par Claude Chendjou
PARIS, 10 sept. (Reuters) – Les Bourses européennes ont accompli en
baisse vendredi et Wall Street évoluait dans le rougeâtre à mi-séance après une
ouverture positive, les marchés pour l’actions étant pénalisés par la publication
dans l’après-midi des chiffres des prix à la réalisation aux Etats-Unis qui
suggèrent la poursuite pour l’une inflation élevée.
À Paris, le CAC 40 .FCHI a accompli sur un recul de 0,31% à 6.663,77
points. Le Footsie britannique .FTSE a grignoté 0,07% mais le Dax allemand
.GDAXI a perdu 0,09%.
L’indice EuroStoxx 50 .STOXX50E a reflué de 0,16%, le FTSEurofirst 300
.FTEU3 de 0,25% et le Stoxx 600 .STOXX de 0,26%.
Sur l’ensemble de la semaine, l’indice parisien affiche un repli de 0,39%,
et le Stoxx 600 de 1,20%, en raison surtout des inquiétudes persistantes
sur le ralentissement de la croissance mondiale.
Tandis que l’annonce pour l’un entretien téléphonique entre les présidents
américain et chinois avait contribué à rassurer les investisseurs sur les
tensions entre Washington et Pékin, la hausse plus forte que anticipé des prix à la
production en août aux Etats-Unis a ravivé les craintes pour l’une inflation qui
peut demeurer élevée, ce qui amènerait la Fed à durcir sa politique monétaire.

Le président américain Joe Biden et son homologue chinois Xi Jinping se sont
parlé au téléphone durant environ 90 minutes, leur premier entretien de ce genre
à compter de sept mois, pour évoquer par exemple la concurrence entre les deux
premières économies de la planète et les moyens de prévenir pour l’éventuels
conflits.

A WALL STREET
Au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones .DJI reculait de 0,30%, le
Standard & Poor’s 500 .SPX de 0,23% et le Nasdaq .IXIC de 0,12%.
Aux craintes sur l’inflation s’ajoutent les interrogations sur la vigueur de
la reprise de l’économie. Les espoirs nés pour l’une détente entre la Chine et les
Etats-Unis n’ont pas suffi à éclipser dans l’effet des investisseurs l’approche
de la réunion de travail de la Réserve fédérale nord-américaine des 21 et 22 sept..
Sur le S&P-500, la majorité des indices sont dans le rougeâtre. Les rares valeurs
en hausse sont celles de la force comme Exxon Mobil XOM.N (+0,35%),
Occidental Petroleum OXY.N (+0,79%), Chevron CVX.N (+0,44%) ou bien encore
Halliburton HAL.N (+0,77%), soutenues par une remontée des cours du pétrole.
Sur le Nasdaq, les géants de la technologique comme Apple AAPL.O ou bien encore
Alphabet GOOGL.N , la maison mère de Google, accusent des replis de
respectivement 3,3% et 1,2%.
Le groupe pharmaceutique Humanigen HGEN.O plonge de plus de 15% après un
abaisement de recommandation par Credit Suisse et Jefferies.

VALEURS
En Europe, les espoirs pour l’un réchauffement entre Washington et Pékin ont tiré
le compartiment des valeurs technologiques .SX8P (+0,65%) et celui des
matières premières .SXPP (+1,14%) avec tout particulièrement une hausse des cours des
métaux de base, comme le nickel CMNI3 ou le cuivre CMCU3 .
Le CAC 40 est soutenu surtout par les valeurs du luxe comme LVMH
LVMH.PA , qui a gagné 0,77% après un relèvement de recommandation de HSBC.
Hermès HRMS.PA a pris 0,97% et Kering PRTP.PA 0,06%.
A Francfort, BioNTech 22UAy.DE a avancé de 2,5% après des déclarations de
deux de ses dirigeants au Spiegel sur leur volonté de demander l’autorisation
de leur vaccin contre le COVID-19 pour les petits de cinq à 11 ans.
Sur le Stoxx 600, Fresenius Medical Care FMEG.DE (-4,81%) a accusé l’un
des plus forts replis, pénalisé par le renouvellement de recommandation de JPMorgan
qui abaissé le titre à “sous-pondération”.

CHANGES
Sur le marché des changes, l’indice .DXY mesurant les fluctuations du
dollar face à un panier de devises de référence a progressé de 0,08%.
L’euro EUR= , lui, recule légèrement de 0,05% face au billet vert à 1,1819
dollar.

TAUX
Les rendements des bons du Trésor à 10 ans US10YT=RR remontent de plus de
4 points de base, à 1,3479%, après un repli ces derniers jours en proportion de
pour l’importantes adjudications.
Les principaux rendements européens comme le dix ans allemand DE10YT=RR et
son équivalent français FR10YT=RR ont suivi le mouvement.

PÉTROLE
Sur le marché pétrolier, les cours affichent une parfaite hausse, portés par
des signes pour l’un resserrement croissant de l’offre aux Etats-Unis après les
dégâts causés par l’ouragan Ida. Les trois quarts de la réalisation pétrolière
offshore du golfe du Mexique, soit environ 1,4 million de barils par jour, sont
à l’arrêt à compter de fin août.
L’Opep devrait néanmoins réviser à la baisse lundi sa prévision de la
demande de brut pour 2022, selon deux sources proches du cartel et de ses
alliés.
Le baril de Brent LCOc1 gagne 1,92% à 72,82 dollars le baril et le brut
léger américain (West Texas Intermediate, WTI) CLc1 avance de 1,48% à 69,61
dollars.

A SUIVRE LUNDI:

(Reportage Claude Chendjou, édité par Bertrand Boucey)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *