Rebond en Europe, sauf à Londres, après trois séances de baisse

Rebond en Europe, sauf à Londres, après trois séances de baisse

LES BOURSES EUROPÉENNES TERMINENT EN HAUSSE, LONDRES EXCEPTÉE

par Claude Chendjou

PARIS (Reuters) – Les majeures Bourses européennes, à l’exception de Londres, ont mis fin mercredi à trois séances pour l’affilée dans le rouge bordeaux à la faveur pour l’un rebond technique et Wall Street évoluait aussi dans le vert à mi-séance, mais les craintes sur l’inflation, les taux et le risque de récession, forcément présentes, ont limité les gains.

À Paris, le CAC 40 a achevé en hausse de 0,39%, à 6.386,76 points. Le Dax allemand a avancé de 0,2%. Le Footsie britannique, pénalisé par les valeurs minières, a en revanche reculé de 0,22%.

L’indice EuroStoxx 50 a gagné 0,41%, le FTSEurofirst 300 0,26% et le Stoxx 600 0,16%.

La tendance en Europe est soutenue essentiellement par les valeurs défensives tandis que la crise du gaz a pesé sur les autres secteurs, le prix de cette énergie ayant bondi de près de 40% à partir de le début du mois et pratiquement quadruplé à partir de le début de l’année.

Selon plusieurs analystes, cette flambée réduit les espoirs pour l’une baisse de l’inflation en Europe au point que les marchés financiers s’attendent dorénavant à une poursuite de la hausse des prix, à une accélération de la remontée des taux pour l’but et une dégradation supplémentaire de la situation économique.

A cela s’ajoutent des indicateurs macroéconomiques jugés décevants comme les indices PMI mensuels en Europe et aux Etats-Unis qui ont qualifié mardi le risque de récession dans les deux blocs.

A WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones prenait 0,49%, le Standard & Poor’s 500 0,59% et le Nasdaq 0,89%.

La tendance est toutefois prudente comme en est signe la faiblesse des gains tandis que le symposium annuel de Jackson Hole débute jeudi et que vendredi le président de la Fed, Jerome Powell, doit prononcer un discours très attendu. Les investisseurs espèrent y dénicher des signes sur la trajectoire des taux pour l’but dans un contexte de risque accru de dégradation de la conjoncture aux Etats-Unis.

« Jackson Hole a dans certains cas été employé dans le passé comme une plate-forme pour envoyer des messages clairs aux marchés, et pas forcément ceux que l’on attendait », prévient Craig Erlam, analyste chez OANDA.

Les traders sont actuellement partagés sur l’ampleur de la hausse en sept. du coût du crédit après les indicateurs économiques jugés décevants publiés mardi tandis que la Fed a déjà augmenté ses taux de 225 points à partir de mars.

Aux valeurs, la chaîne nord-américaine de grands magasins Nordstrom plonge de 18,68% après ses prévisions annuelles, mais le titre du spécialiste des logiciels de comptabilité Intuit est salué (+5,94%).

VALEURS EN EUROPE

En Europe, les compartiments défensifs comme ceux de l’alimentation et des boissons (+0,63%) et celui de la santé (+0,92%) ont enregistré les plus importantes hausses.

A l’inverse, les replis les plus marqués ont été à l’actif des secteurs cycliques comme ceux des matières premières (-1,78%), de la distribution (-0,68%) et des banques (-0,67%), dans un contexte pour l’inquiétudes pour la croissance.

Les groupes miniers Anglo American, Glencore et Rio Tinto ont cédé respectivement 2,19%, 1,64% et 2,25% à Londres, tandis qu’à Paris, Eramet a abandonné 0,77% et ArcelorMittal 1,95%.

Dans l’actualité des entreprises, le groupe britannique de conseil en avancées technologiques de l’information Aveva a bondi de 26,87% après la confirmation par Schneider (+1,06%) pour l’une possible offre sur le solde du capital qu’il ne détient pas encore.

Le groupe suisse haut de gamme Richemont a avancé de 3,55% après avoir annoncé la vente pour l’un petit peu plus de la majorité du capital de Yoox Net-a-Porter.

CHANGES

Le dollar, qui a atteint dans les précédentes séances un sommet de 20 ans face aux autres grandes devises, reprend son souffle (-0,03%) mercredi.

L’euro, en hausse de 0,03% à 0,9964 dollar, tente en vain de se rapprocher de la parité avec le billet vert, après avoir chuté mardi à un creux de 20 ans à 0,99005.

« La forte hausse des prix du gaz et l’incertitude à ce sujet continueront de peser sur l’euro pour le moment », prédit Ingvild Borgen Gjerd, analyste chez DNB Markets FX.

TAUX

Le rendement du Bund allemand à dix ans, référence pour la zone euro, a fini sur un gain pour l’environ 4 points à 1,359% après avoir touché un précédemment de huit semaines à 1,384%, en raison des inquiétudes sur l’inflation tandis que le compte rendu de la dernière réunion de travail de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) sera publié jeudi.

Les marchés monétaires tablent actuellement sur un relèvement de 50 points de base des taux de la BCE le mois prochain et une hausse au total pour l’environ 200 points pour l’en ce lieu sept. 2023. Aux Etats-Unis, les taux des Treasuries à deux ans et dix ans avancent respectivement de près de 4 points à 3,374% et de cinq points à 3,105%, mais l’écart de rendement (« spread ») entre ces deux obligations est à présent de 27 points, signe pour l’un risque accru de récession dans un horizon de deux ans.

PÉTROLE

Les menaces de l’Arabie saoudite sur une éventuelle baisse de la réalisation de l’Opep+ pour soutenir les cours pétroliers continuent de l’emporter sur les craintes pour l’une récession qui peut peser sur la demande.

Le Brent progresse de 0,67%, à 99,55 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) de 0,5%, à 93,27 dollars le baril.

(Rédigé par Claude Chendjou, édité par Tangi Salaün)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.