Recul en vue en Europe avant le grand oral de Powell

Recul en vue en Europe avant le grand oral de Powell

RECUL EN VUE EN EUROPE AVANT LE GRAND ORAL DE JEROME POWELL

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) – Les majeures Bourses européennes devraient repartir à la baisse mercredi, de même que Wall Street, en raison des inquiétudes sur la croissance économique et l’inflation à quelques heures de l’intervention très demandée de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale (Fed), au Congrès à Washington.

Les contrats à terme donnent un recul de 1,67% pour le CAC 40 parisien, de 1,55% pour le Dax à Francfort, de 1,18% pour le FTSE à Londres et de 1,64% pour l’EuroStoxx 50.

L’indice très large européen Stoxx 600 a repris 1,32% à compter de lundi après trois semaines consécutives de baisse marquées par les préoccupations sur l’inflation, le relèvement des taux pour l’but des grandes banques centrales et l’évolution de l’économie.

L’impact de la guerre en Ukraine et les tensions sur les marchés des matières premières devrait peser sur la croissance française, pense la Banque de France, qui a abaissé ses prévisions de produit intérieur brut en 2022 et 2023.

Principal rendez-vous de la séance, Jerome Powell s’exprimera à partir de 13h30 GMT devant la commission bancaire du Sénat, avant une audition comparable devant la Chambre des représentants jeudi.

« Il sera sans l’ombre d’un doute confronté à des interrogations sur jusqu’où la Fed est prête à aller dans la maîtrise de l’inflation, c’est-à-dire l’ampleur de la hausse des taux, (…) et si la Fed est prête à laisser le chômage augmenter fortement pour atteindre cet objectif », a déclaré Michael Hewson, chez CMC Markets.

A WALL STREET

Les contrats à terme de Wall Street signalent un repli pour l’environ 0,9% après la séance positive de la Bourse de New York mardi, soutenue par des rachats à bon compte sur les valeurs à forte capitalisation et celles du domaine de la force. [.NFR]

L’indice Dow Jones a gagné 2,15% à 30.530,25 points, le S&P-500 a pris 2,45% à 3.764,84 points et le Nasdaq Composite a avancé de 2,51% à 11.069,30 points.

EN ASIE

Le Nikkei à la Bourse de Tokyo a perdu 0,37%, dans le sillage des « futures » américains.

Les craintes liées aux politiques des banques centrales et à la conjoncture affectent aussi les marchés boursiers en Chine où l’indice SSE Composite de Shanghai cède 0,52% et le CSI 300 0,63%.

PÉTROLE

Le marché pétrolier est en baisse tandis que le président américain devrait plaider ce mercredi en faveur à une suspension temporaire de la taxe fédérale sur l’essence, de 18,4 cents par gallon, et qu’il accentue dans le même temps la pression sur les géants du domaine qu’il pense en partie responsables de la flambée des cours du brut.

La Maison blanche a invité les dirigeants de sept raffineurs et compagnies pétrolières à une réunion de travail jeudi pour discuter des moyens pour l’augmenter la capacité de production et de faire baisser les prix de la force.

Le Brent perd 3,86% à 110,23 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 4,18% à 104,94 dollars.

CHANGES

Le billet vert avance en hausse de 0,28% face à un panier de devises de référence, parmi lesquelles l’euro, en repli à 1,0503 dollar,

La bouqin sterling a légèrement creusé ses pertes face au dollar et à l’euro en réaction à l’accélération de l’inflation britannique à 9,1% sur un an en mai, un plus en 40 ans.

Le yen reprend des teintes (+0,12%) après avoir chuté à son plus bas niveau à compter de 1998 face au dollar, la devise nippone restant pénalisée par la divergence des politiques monétaires de la Banque du Japon et de la Fed.

TAUX

Le regain pour l’aversion au risque s’accompagne pour l’une baisse des rendements obligataires: le dix ans abandonne plus de six points de base à 3,2371% et dans les premiers échanges, le dix ans allemand recule à 1,724%.

(Rédigé par Laetitia Volga, édité par Kate Entringer)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.