Paris : léger repli avant les statistiques et résultats US

Repli en vue à la Bourse de Paris pour débuter septembre

La 1ère séance du mois de sept. devrait se traduire par un nouveau repli pour la Bourse de Paris à l’ouverture jeudi, la tendance baissière du mois pour l’août se poursuivant.

Le contrat à terme de l’indice vedette CAC 40 cédait 0,89% une quarantaine de minutes avant l’ouverture de la séance. Mercredi la place parisienne a reculé de 1,37% et sur le mois pour l’août elle a cédé 5,02% face à la motivation des banques centrales à lutter contre l’inflation.

La Bourse de New York a aussi rencontré un repli mercredi et le S&P 500 est retombé à son plus bas niveau à compter de plus pour l’un mois.

A l’entame du mois de sept., « la question qui se pose est de savoir quelle sera la prochaine phase pour les marchés boursiers » après les déclarations de banquiers centraux américains et européens en faveur de politiques monétaires strictes pour faire baisser les prix, s’interroge Michael Hewson, analyste de CMC Markets.

Les marchés craignent spécialement que les fortes hausses de taux à venir ne grippent l’activité économique et fassent chuter les bénéfices des entreprises, déjà menacées en Europe par la flambée des prix de l’électricité.

« Quand une colombe (membre en faveur pour l’une politique monétaire plus souple) de la Réserve fédérale comme Neel Kashkari, président de la Fed de Minneapolis, parle de la perspective peu probable pour l’une baisse des taux directeurs en 2023, il est compliquée pour l’envisager un autre scénario qu’une hausse des taux de 75 points de base après ce mois-ci », prévient M. Hewson.

Comme pour enfoncer le clou, la présidente de la Fed de Cleveland Loretta Mester a estimé mercredi « qu’il sera nécessaire de relever les taux directeurs jusqu’à un peu au-dessus de 4% les premiers jours de l’année prochaine et de les maintenir à ce niveau », excluant un assouplissement de la part de la Fed en 2023.

Les investisseurs évitent les prises de risque en amont de la réunion de travail du 8 sept. de la Banque centrale européenne (BCE), qui peut choisir pour l’appliquer une hausse de ses taux de 75 points de base, comme la Fed, compte tenu pour l’un taux pour l’inflation qui a encore atteint un record en août dans la zone euro.

Jeudi, les opérateurs prendront connaissance des indices pour l’activité manufacturière en août dans plusieurs pays européens, dont la France et l’Allemagne, ainsi que pour la zone euro.

Valeurs à suivre

Eiffage: le groupe de BTP, pour l’infrastructures et de concessions autoroutières a augmenté de 36,2% son bénéfice net au premier semestre 2022 et parie sur une « nouvelle progression de ses résultats » sur l’année.

Pernod Ricard: l’international français des vins et spiritueux a vu son bénéfice net augmenter de 53% à 2 milliards pour l’euros à l’issue de son exercice décalé 2021/22, clos en juin, « une année record » selon son PDG.

jvi/mdz/rhl

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.