Repli en vue à Wall Street, l'Europe hésite

LES BOURSES EUROPÉENNES ÉVOLUENT EN ORDRE DISPERSÉ À MI-SÉANCELES BOURSES EUROPÉENNES ÉVOLUENT EN ORDRE DISPERSÉ À MI-SÉANCE

par Marc Angrand

(Reuters) – Wall Street est demandée en baisse jeudi après deux séances de rebond et les Bourses européennes évoluent en ordre dispersé à mi-séance, les dernières nouvelles de la guerre en Ukraine incitant à la prudence, mais plusieurs investisseurs s’interrogent sur le risque pour l’une erreur de politique monétaire aux Etats-Unis au vu du rythme annoncé de la hausse des taux à venir.

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture en recul de 0,28% pour le Dow Jones, de 0,35% pour le Standard & Poor’s 500 et de 0,47% pour le Nasdaq.

Ce dernier a regagné 6,8% sur les deux dernières séances et le S&P 500 4,43%.

À Paris, le CAC 40 perd 0,03% à 6.586,63 points vers 11h45 GMT après avoir gagné jusqu’à 0,7% en début de matinée. A Londres, le FTSE 100 prend 0,09% mais à Francfort, le Dax recule de 0,81%.

L’indice EuroStoxx 50 est en baisse de 0,46% tandis que le FTSEurofirst 300 progresse de 0,16% et que le Stoxx 600 est quasi stable.

La hausse était générale et soutenue en début de journée après l’annonce sans surprise par la Fed pour l’une 1ère hausse de taux pour l’un quart de point susceptible pour l’être suivie de six autres pour l’en ce lieu la fin de l’année les déclarations de son président, Jerome Powell, sur la capacité de l’économie nord-américaine à encaisser un resserrement monétaire aussi rapide.

Mais « cette accélération du resserrement augmente le risque pour l’un atterrissage brutal à l’futur et suggère un risque accru de récession sur les deux prochaines décennies », accentue Allison Boxer, économiste USA chez Pimco.

Les indices européens ont en outre piqué du nez après la révision à la hausse de l’inflation dans la zone euro en février à 5,9% en rythme annuel, un niveau sans précédent à compter de la création de la monnaie unique.

La situation en Ukraine procure en outre un regain pour l’inquiétude tandis que les derniers jours avaient été dominés par l’espoir pour l’une issue négociée au conflit avec la Russie. Le Kremlin a tout particulièrement démenti des informations de presse évoquant des progrès importants dans les négociations avec Kiyv.

Les investisseurs attendent dorénavant, à 12h00 GMT, les décisions de la Banque pour l’Angleterre, qui peut relever son taux directeur pour la 3ème fois en autant de réunion de travail de politique monétaire.

VALEURS EN EUROPE

La plus forte hausse sectorielle de la journée en Europe est pour le compartiment du pétrole et du gaz (+1,51%), qui profite à plein du rebond du prix du baril de brut. À Paris Vallourec gagne 1,49% et TotalEnergies 0,6%.

En baisse, le groupe industriel allemand Thyssenkrupp chute de 10,36% après avoir suspendu sa prévision de flux de trésorerie disponible pour l’exercice et mis en doute la scission de ses activités de sidérurgie en raison du conflit en Ukraine.

Renault perd 5,05%, Exane BNP Paribas ayant abaissé sa recommandation à « neutre » en soulignant son exposition au marché européen.

TAUX

Les rendements des bons du Trésor américain reculent après les plus hauts atteints mercredi en réaction aux offres de la Fed, un mouvement qui a surtout marqué un aplatissement de la courbe des taux, signe que les marchés anticipent à la fois une parfaite remontée des taux directeurs et une augmentation du risque de récession à moyen terme.

Le dix ans revient à 2,1385% contre 2,246% au un peu avant mercredi et le deux ans à 1,9385% contre un pic à 2,002%.

Sur le marché européen, le rendement du Bund allemand à dix ans cède moins pour l’un point de base à 0,38%.

CHANGES

Le dollar cède du terrain face aux autres grandes devises (-0,40%) et s’éloigne des récents plus hauts auxquels l’a porté la tension reliée à l’Ukraine, ce qui permet à l’euro de remonter autour de 1,1060.

La bouqin sterling reste par ailleurs orientée à la hausse face au billet vert comme face à l’euro avant les offres de la BoE.

PÉTROLE

Le marché pétrolier a amplifié son rebond au fil des heures après l’avertissement lancé par l’Agence internationale de la force sur le risque de voir l’offre mondiale de brut et de produits raffinés amputée de trois centaines de milliers de barils par jour (bpj) à partir pour l’avril en raison des sanctions contre la Russie.

Le Brent gagne 5,55% à 103,46 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) cède 5,21% à 99,99 dollars.

Tous deux avaient reculé mercredi en réaction à une hausse inattendue des stocks aux Etats-Unis.

(Reportage XXXX, version française Marc Angrand)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.