Rouge attendu à Wall Street, résultats et banques centrales en vue

Rouge attendu à Wall Street, résultats et banques centrales en vue

Le logo d'Euronext est visible sur le siège du quartier d'affaires et financier de La Défense à Courbevoie près de ParisLe logo pour l’Euronext est visible sur le siège du quartier pour l’affaires et financier de La Défense à Courbevoie près de Paris

par Claude Chendjou

PARIS (Reuters) – Wall Street est demandée en baisse lundi et les Bourses européennes reculent aussi à mi-séance dans un contexte de prudence à l’orée pour l’une semaine marquée par les décisions de trois grandes banques centrales, la publication pour l’indicateurs sur l’inflation et l’emploi, ainsi qu’une nouvelle série de résultats de sociétés.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 0,63% pour le Dow Jones, de 0,84% pour le Standard & Poor’s 500 et de 1,15% pour le Nasdaq. À Paris, le CAC 40 fléchit de 0,48% à 7.063,15 vers 12h50 GMT. À Francfort, le Dax abandonne 0,51%. À Londres, le FTSE se distingue avec un peu élevé gain de 0,06%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 0,46%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,85% et le Stoxx 600 de 0,49%.

La Réserve fédérale us (Fed) entame mardi une réunion de travail de politique monétaire de deux jours qui devrait se solder par une hausse limitée du coût du crédit de 25 points de base. La Banque centrale européenne (BCE) et la Banque pour l’Angleterre (BoE) annonceront, pour leur part, leurs décisions jeudi et un relèvement des taux 50 points de base est attendu comme lors de leur précédente réunion de travail.

Au-delà du relèvement immédiat du coût du crédit, les investisseurs espèrent surtout que les banquiers centraux fourniront de nouvelles indications sur la trajectoire future des taux et leur impact sur la conjoncture. A cet égard, les chiffres mensuels des prix à la consommation en zone euro seront publiés mardi et le rapport sur l’emploi américain en janvier sera présenté vendredi.

« Il y a de la nervosité avant la réunion de travail cruciale de la Fed cette semaine », accentue Susannah Streeter, analyste marchés chez Hargreaves Lansdown.

Les grands groupes technologiques Apple, Amazon, Alphabet et Meta Platforms, sensibles à l’évolution des taux pour l’but, doivent par ailleurs publier leurs résultats cette semaine.

En attendant, sur le plan macroéconomique, l’économie allemande s’est contractée contre toute attente au 4ème trimestre 2022, de 0,2% par rapport aux trois mois derniers, selon des données publiées lundi par Destatis, ce qui renforce la perspective pour l’une récession technique dans la 1ère économie pour l’Europe au premier trimestre 2023.

En Espagne, l’inflation est repartie à la hausse en rythme annuel en janvier, pour la 1ère fois à partir de juillet, avec un taux à 5,8% sur un an, après 5,7% en décembre, selon la 1ère estimation publiée lundi par l’INE.

VALEURS EN EUROPE

En Europe, en attendant l’ouverture de Wall Street, la tendance est animée par l’actualité des sociétés. Renault abandonne 3,14% après l’annonce par le constructeur automobile français pour l’une réduction de sa participation dans Nissan de 43% à 15% dans le cadre du rééquilibrage et de la restructuration de leur alliance. À compter de l’annonce en octobre des négociations entre les deux groupes, le titre de la firme au losange a pris près de 25%.

Ryanair recule de 2,26%, l’annonce par la compagnie aérienne du versement pour l’un dividende peu élevé à compter du printemps 2024 ayant pris le pas sur le bénéfice record enregistré sur la période octobre-décembre.

Arôme hausse, Philips bondit de 5,95% après l’annonce pour l’un plan de suppression de 6.000 postes destiné à améliorer la rentabilité du groupe néerlandais à la continuité du rappel pour l’appareils respiratoires qui a fait chuter de 70% sa valeur boursière.

Unilever avance de 0,78% après l’annonce de la nomination de Hein Schumacher au poste de directeur général à compter du 1er juillet, en remplacement pour l’Alan Jope.

TAUX Les rendements obligataires en Europe montent dans la crainte pour l’un regain des pressions inflationnistes après les chiffres de l’Espagne. Celui du Bund allemand à dix ans, référence pour l’ensemble de la zone euro, prend près de six points de base, à 2,30%.

Aux Etats-Unis, le rendement des Treasuries de même échéance avance de trois points, à 3,54%.

CHANGES

Sur le marché des changes, l’euro profite des chiffres de l’inflation espagnole, gagnant 0,3% à 1,09 dollar.

La monnaie us est en revanche quasi stable (-0,1%) face à un panier de devises de référence après avoir touché la semaine dernière un sommet de huit mois.

PÉTROLE

Les cours pétroliers évoluent peu en attendant les réunions des banques centrales, à compter de mardi, et celle de l’Opep+, prévue mercredi.

Le Brent recule de 0,07% à 86,6 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,25% à 79,48 dollars.

(Rédigé par Claude Chendjou, édité par Kate Entringer)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *