Septembre commence bien pour les actions

Septembre commence bien pour les actions

LES BOURSES EUROPÉENNES PROGRESSENT À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) – Wall Street est demandée en hausse et les Bourses européennes progressent à mi-séance mercredi pour se rapprocher de leurs records, les investisseurs ignorant les signes de ralentissement de la reprise économique pour miser sur le maintien pour l’un soutien conséquent des banques centrales, en Chine tout particulièrement.

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture en progression de 0,31% pour le Dow Jones, de 0,34% pour le Standard & Poor’s 500 et de 0,22% pour le Nasdaq au lendemain pour l’un repli qui n’a fait que réduire légèrement les performances du mois pour l’août, septième mois consécutif de hausse pour le S&P-500

À Paris, le CAC 40 gagne 1,17% à 6.758,31 points vers 11h00 GMT, à Londres, le FTSE 100 prend 0,63% et à Francfort, le Dax avance de 0,26%.

L’indice EuroStoxx 50 est en hausse de 0,92%, le FTSEurofirst 300 de 0,52% et le Stoxx 600 de 0,63%, à moins de 1% de son record du 13 août.

Les indices européens profitent de la progression des valeurs financières avec la remontée des rendements obligataires mais aussi des spéculations sur de nouvelles mesures de soutien de la Banque populaire de Chine à la seconde économie mondiale après l’annonce pour l’un ralentissement de la croissance du domaine manufacturier et pour l’une contraction dans celui des services.

Dans la zone euro, les résultats définitifs des enquêtes PMI pour l’IHS Markit n’ont fait que identifier l’impact sur l’activité des tensions affectant les chaînes pour l’approvisionnement.

“Le principal moteur de la hausse des actions reste l’environnement très accommodant et, malgré les bruits de couloir pour l’une réduction prochaine des politiques de relance, les investisseurs pourraient vouloir prolonger leurs gains avant la fin de l’année et le début officiel de la réduction progressive des taux en Europe et aux États-Unis”, explique Pierre Veyret, analyste pour l’ActivTrades.

La séance à Wall Street sera animée par exemple par les résultats de l’enquête pour l’ADP sur l’emploi privé, à deux jours du rapport mensuel du département du Travail, et par l’indice ISM manufacturier.

VALEURS EN EUROPE

Une grande partie des indices sectoriels Stoxx européens évoluent dans le vert, les seules baisses marquées étant pour les matières premières (-0,84%) avec le recul marqué des cours des métaux de base, l’automobile (-0,35%) et la chimie (-0,60%).

A l’opposé, parmi les compartiments qui bénéficient de la confiance dans la reprise, celui des transports et des loisirs progresse de 2,3%, celui de la distribution de 1,71%.

Le Stoxx des banques, lui, s’adjuge 1,29% et a touché son un peu avant niveau à partir de deux semaines avec la remontée des rendements des emprunts pour l’Etat.

A Paris, la plus forte hausse du CAC 40 est pour Pernod Ricard (+3,20%) après des résultats annuels supérieurs aux attentes tandis que Carrefour cède 4,18%, pénalisé par la sortie de Bernard Arnault du capital.

TAUX

Le rendement des emprunts pour l’Etat américains à dix ans est en hausse à 1,3121% avant les indicateurs de la journée, mais ceux de la zone euro se stabilisent après leur forte hausse de mardi, conséquence de l’accélération de l’inflation dans la zone euro en août et des déclarations de Robert Holzmann, le gouverneur de la banque centrale autrichienne, favorables à une réduction des achats pour l’obligation de la Banque centrale européenne (BCE).

Celui du Bund allemand à dix ans s’affiche à -0,373% après un pic à -0,365%, son un peu avant niveau à partir de le 19 juillet. Son équivalent français, à -0,018%, se rapproche quant à lui de null.

CHANGES

Le dollar est inchangé par rapport à un panier de référence mais l’euro confirme son retour au-dessus de 1,18 dollar, au lendemain du pic de 1,1847 auquel l’a propulsé l’inflation dans la zone euro.

La monnaie unique profite elle aussi de la remontée des rendements obligataires à huit jours de la réunion de travail de rentrée de la Banque centrale européenne (BCE) et des déclarations de Robert Holzmann.

La volatilité implicite sur l’euro à un mois a atteint son un peu avant niveau à partir de début juillet.

PÉTROLE

Le marché pétrolier reste bien orienté avant la réunion de travail de l’Opep et de ses alliés, qui devrait toutefois identifier son volonté pour l’augmenter sa production de 400.000 barils par jour jusqu’à la fin de l’année.

Le Brent gagne 0,21% à 71,78 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 0,18% à 68,62 dollars.

Les cours ont trouvé un soutien dans les chiffres de l’American Petroleum Institute (API) montrant une baisse plus marquée qu’attendu des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine dernière, selon des sources de marché.

(Reportage Marc Angrand, édité par Pantalon denim-Michel Bélot)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *