POINT MARCHÉS-Nouveau repli en Europe, les investisseurs fuient toujours le risque

Une semaine de Bourse – Des valeurs européennes ragaillardies par la Fed et les résultats d'entreprises

(AOF) – Les petites annonces de la Fed le 27 juillet ont achevé de rassurer les marchés de part et pour l’autre de l’Atlantique. Les Bourses européennes ont fini la semaine bien orientées en dépit de l’annonce pour l’une inflation record à 8,9% en zone euro. Tous les indices européens ont fini dans le vert, portés par une semaine de publications de résultats qui a vu plusieurs valeurs phares dépasser les estimations des analystes. Le CAC 40 a progressé de 4,05% sur la semaine et terminé à 6 448,50 points. L’EuroStoxx50 a enregistré une hausse hebdomadaire de 3,3% à 3708,10 points.

Un bien pour un mal ? En France, au seconde trimestre 2022, le produit intérieur brut (PIB) se redresse de 0,5% après le repli de 0,2% enregistré au trimestre précédent, a spécifié l’Insee. Mais, sur un an, l’indice des prix à la consommation harmonisé augmenterait de 6,8 % en juillet, après une hausse de 6,5 % en juin, a spécifié l’Insee. L’inflation était demandée à 6,7% par le consensus Reuters.

A Wall Street, la semaine a comporté son lot de surprises comme le premier repli des revenus de sa musique pour Meta, maison mère de Facebook ainsi que la douche froide sur la consommation reliée au profit warning de la chaîne de supermarchés Walmart. Mais Apple et ses 40,67 milliards de dollars de ventes pour l’iPhone – contre 39 milliards de dollars attendus par les analystes – ont redonné des teintes aux valeurs technologiques américaines.

Les investisseurs ont aussi accueilli favorablement la légère embellie de la consommation aux Etats-Unis : +1,1% en juin. Autre bonne nouvelle, l’indice de confiance des consommateurs de l’Université du Michigan est ressorti ce jour à 51,5 en juillet, contre 50 en juin.

Que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe, les valeurs pétrolières ont surperformé. Shell, Eni et Exxon Mobil ont surpris les analystes par leurs résultats souvent supérieurs à leurs attentes. Ainsi, l’italien Eni a publié un résultat net ajusté s’établit à 3,80 milliards pour l’euros contre 929 centaines de milliers pour l’euros au seconde trimestre 2021, battant de 16% le consensus des analystes de 3,27 milliards pour l’euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.