Analyse mi-séance AOF Wall Street - Wall Street repasse dans le rouge, la confiance des consommateurs déçoit

Une semaine de Bourse – Le CAC 40 résiste à la perspective d'une récession en Europe

(AOF) – Les Bourses européennes ont accompli en légère hausse en dépit de l’annonce pour l’une contraction inattendue du domaine privé de la zone euro en juillet. L’indice CAC 40 a progressé de 0,25% à 6 126,82 points, portant ses gains sur la semaine à 3%. L’EuroStoxx50 a gagné 0,20% à 3 603,56 points. Wall Street s’apprêtait à finaliser sur une progression de 2,6% à compter de lundi.

Très attendus, les indices des directeurs pour l’achat ont réservé une mauvaise surprise sous la forme pour l’une contraction du domaine privé en zone euro en juillet. L’indice des directeurs pour l’achat (PMI) Composite, qui prend en compte les secteurs manufacturier et des services, est ressorti à 49,4 contre un consensus Reuters de 51 et 52 en juin, a mentionné S&P Global. Il est au plus bas à compter de 17 mois et en passant sous les 50, il signale une contraction du domaine privé.

L’activité s’est fortement dégradée dans les deux secteurs. Le PMI pour le domaine manufacturier est passé de 52,1 à 49,6 entre juin et juillet alors qu’il était attendu à 51. Le PMI pour les services est passé de 53 à 50,6 entre juin et juillet. Il était attendu à 52.

 » Une contraction de l’économie de la zone euro apparaît fort probable au 3ème trimestre 2022, l’activité globale ayant reculé en juillet mais la trajectoire des indicateurs prospectifs laisse anticiper une dégradation de la conjoncture dans les mois à venir « , a prévenu, Chris Williamson, Chief Business Economist à S&P Global Market Intelligence.

Le risque de récession n’a jamais semblé plus réel, ce qui a entraîné une parfaite baisse des taux longs. Le rendement du 10 ans allemand a ainsi reculé de 20 points de base à 1,02%.

Cette impressionnante détente sur le marché des taux a entraîné pour l’importantes rotations sectorielles. Le domaine immobilier, très dépendant des financements, a ainsi largement dominé le classement de l’indice SBF 120.

En revanche, les valeurs bancaires ont une nouvelle fois fait l’objet pour l’importants dégagements.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.