Une semaine de Bourse  Semaine morose

Wall Street accélère, rassurée par le discours modéré du président de la Fed

La Bourse de New York accélérait vendredi après une ouverture en légère hausse, le marché étant rassuré par le discours modéré du président de la Banque centrale us (Fed), qui ne s’est pas engagé sur un calendrier précis de retrait des mesures de soutien à l’économie us.

Vers 15H40 GMT, le Dow Jones gagnait 0,61% à 35.429,60 points, le Nasdaq, à forte composition technologique, 0,98% à 15.091,53 points, et l’indice élargi S&P 500, 0,73% à 4.502,81 points.

Lors de son allocution dans le cadre du symposium des banquiers centraux de Jackson Hole (Wyoming), le président de la Fed Jerome Powell a évoqué vendredi la possibilité que la Fed réduise, pour l’en ce lieu la fin de l’année, ses achats pour l’actifs, mis en place pour contrer les impressions de la pandémie sur l’économie us, mais sans évoquer de calendrier précis.

Par ailleurs, le banquier central a souligné qu’une réduction des achats pour l’actifs ne est pas un signal pour l’un prochain relèvement des taux directeurs, se laissant ainsi une ample marge de manipulation.

À compter de plusieurs jours, plusieurs membres de la Fed avaient préparé le terrain en indiquant publiquement que le temps était venu de réduire le soutien de la Réserve fédérale à l’économie us, dont la situation continue de s’améliorer.

La perspective de cette réduction était donc “déjà prise en compte” par les opérateurs, a analysé Tom Cahill, responsable de la stratégie de portefeuille pour la société de gestion Ventura Wealth Management. Mais “le fait que (Jerome Powell) n’ait pas resserré ce calendrier est un soulagement pour le marché”, a-t-il ajouté.

“La Fed a réellement insisté sur le fait que la réduction des achats pour l’actifs n’équivalait pas à un resserrement monétaire”, a commenté après l’allocution, Jack Ablin, responsable de l’investissement à l’intérieur de la société de gestion Cresset Capital, “et on dirait que c’est une bonne nouvelle du point de vue des investisseurs.”

Signe pour l’une détente, le taux des emprunts pour l’Etat américains à 10 ans a reculé sensiblement, à 1,31%, après avoir frôlé 1,36% quelques minutes avant le début du discours de Jerome Powell.

Autre signe de décontraction, l’indice VIX, qui mesure la volatilité du marché, est retombé après avoir grimpé jeudi.

Au tableau des valeurs, le fabricant pour l’ordinateurs HP se repliait (-1,89% à 28,55 dollars) après la publication, jeudi après Bourse, pour l’un chiffre pour l’affaires trimestriel inférieur aux attentes. Le PDG Enrique Lores a attribué une section de ces ventes décevantes à des problèmes pour l’approvisionnement.

HP entraînait dans sa chute son concurrent Dell (-4,46% à 97,02 dollars), qui s’il a lui fait mieux qu’attendu en matière de chiffre pour l’affaires et de bénéfice net, a aussi reconnu que sa chaîne logistique était sous tension, comme celle de tous les collaborateurs du domaine.

Egalement dans le rougeâtre, le spécialiste des vélos pour l’appartement connectés Peloton (-8,69% à 104,18 dollars) pâtissait de prévisions considérées comme décevantes et l’annonce pour l’une baisse sensible du prix de son modèle le plus populaire.

Parmi les hausses, la chaîne de magasins de vêtements Gap tirait son épingle du jeu (+2,33% à 26,97 dollars) après la publication jeudi, après Bourse, pour l’un chiffre pour l’affaires et pour l’un bénéfice trimestriels supérieurs aux attentes.

tu/cco

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *