La Bourse de Paris perd 0,51%, plombée par le luxe

Wall Street commence la semaine en baisse

La Bourse de New York évoluait dans le de couleur rouge lundi après le rebond notable de la semaine précédente, la meilleure pour le marché boursier à compter de fin 2020.

Vers 15H30 GMT, le Dow Jones lâchait 0,47%, le Nasdaq reculait de 1,05% et le S&P 500 de 0,34%.

Sur la semaine, les indices ont gagné 5,50% pour le Dow Jones, plus de 8% pour le Nasdaq et 6% pour le S&P 500, leur meilleur performance hebdomadaire à compter de novembre 2020.

Vendredi, l’indice des valeurs vedettes avait progressé de 0,80% à 34.754,93 points, mais le Nasdaq, à dominante technologique, avait pris 2,05% à 13.893,83 points, et l’indice élargi avait grimpé de 1,17%, à 4.463,12 points.

« Les échanges sont modérés en début pour l’action, le marché digérant le fort rebond de la semaine dernière, ainsi que la guerre persistante en Europe de l’Est et le début de la campagne de resserrement monétaire de la Fed », soulignaient les analystes de Schwab.

Le dollar prenait de la vigueur mais les rendements sur les bons du Trésor à 10 ans grimpaient à 2,23% contre 2,14% vendredi, un précédemment à compter de quasiment trois ans. Les cours du pétrole reprenaient leur course à la hausse, s’inscrivant à nouveau au-dessus de 110 dollars le baril.

Peu pour l’indicateurs étaient au programme de la semaine tandis que le président Joe Biden est attendu à Bruxelles jeudi pour la réunion de travail des chefs pour l’État et de gouvernement de l’UE, ainsi qu’à un sommet remarquable de l’Otan le même jour consacré à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Le président américain se rendra ensuite en Pologne, pour rencontrer vendredi à Varsovie son homologue polonais Andrzej Duda.

A Washington, le boss de la Fed Jerome Powell devait prendre la parole lundi lors pour l’une conférence sur « la croissance durable et inclusive », quelques jours après avoir commencé à relever les taux pour l’avantage pour combattre l’inflation.

– Boeing chute –

A la cote, les actions de Boeing, membre du Dow Jones, plongeaient à l’ouverture de 5,62%, à 181,80 dollars, après l’annonce dans la nuit qu’un Boeing 737-800 s’est écrasé dans le sud de la Chine, avec à son bord 132 personnes, l’accident le plus meurtrier dans ce pays.

Le président chinois Xi Jinping s’est annoncé « sous le choc », a rapporté la tv publique CCTV, dans une inhabituelle réaction à chaud.

Cet accident intervient tandis que l’avionneur américain s’apprêtait à reprendre les livraisons du 737 MAX, un avion différent, qui est longtemps cloué au sol après deux catastrophes.

Le groupe de Warren Buffett, Berkshire Hathaway (+1,82% à 348 dollars), a annoncé son projet de rachat pour l’Alleghany, une holding spécialisée dans les assurances, pour 11,6 milliards de dollars.

Alleghany corp, dont les filiales s’occupent tout particulièrement pour l’assureur habitation et problématique et de réassurance, prenait 25% à 845 dollars.

Anaplan, une société spécialisée dans les solutions informatiques sur le cloud, grimpait de plus de 27% après l’annonce de son acquisition par la société us de capital-investissement Thoma Bravo pour environ 10,7 milliards de dollars.

L’éditeur, concurrent direct du logiciel Excel de Microsoft, propose tout particulièrement des outils préinstallés qui aident les entreprises à suivre leurs comptes.

Nielsen chutait de plus de 7% à 22,60 dollars après avoir rejeté une offre publique pour l’achat de 9,13 milliards de dollars, pour l’une valeur de 25,40 dollars par action, selon la presse.

Les titres Meta (Facebook) reculaient de 3,19% à 209 dollars après qu’un tribunal de Moscou a interdit lundi les social medias américains Facebook et Instagram en Russie en estimant qu’ils menaient des activités « extrémistes ».

vmt/lum

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.