Wall Street en baisse sur fond de craintes accrues d'une récession

Wall Street en baisse sur fond de craintes accrues d'une récession

Des traders travaillent dans la salle des marchés de la Bourse de New York (NYSE)

par Chuck Mikolajczak

NEW YORK (Reuters) – La Bourse de New York a fini en parfaite baisse jeudi, ses trois principaux indices ayant enregistré leurs pires déclins en plusieurs semaines, tandis que se sont amplifiées les craintes de voir les mesures agressives prises par la Réserve fédérale (Fed) face à l’inflation faire vous immerger l’économie en récession.

L’indice Dow Jones a cédé 2,25%, ou 764,13 points, à 33.202,22 points.

Le S&P-500, plus très large, a perdu 99,57 points, soit 2,49%, à 3.895,75 points.

Le Nasdaq Composite a reculé de son arôme de 360,36 points (3,23%) à 10.810,53 points.

Il s’agit du plus important pourcentage quotidien de baisse à partir de le 2 novembre pour le S&P-500 et le Nasdaq, et à partir de le 13 sept. pour le Dow Jones.

Si la Fed a annoncé mercredi une hausse des taux pour l’objectif moins importante qu’auparavant – 50 points de base contre 75 points de base lors des 4 réunions précédentes -, le président de la banque centrale étasunienne, Jerome Powell, a prévenu que les récents signes indiquant un ralentissement de l’inflation étaient insuffisants pour convaincre la Fed que la bataille contre la flambée des prix était remportée.

A l’issue de sa réunion de travail de politique monétaire, la banque centrale étasunienne a annoncé anticiper l’an prochain de nouvelles hausses des taux, pour dépasser les 5%, un seuil plus aperçu à partir de le vaste creux économique de 2007.

« C’est ce qui préoccupe le marché, que la Fed aille trop loin », a commenté Quincy Krosby, stratégiste en chef chez LPL Financial, à Charlotte en Caroline du Nord.

« Le marché est en fait va dire: si vous continuez ainsi, une récession est pratiquement acquise », a-t-il ajouté.

Alimentant les craintes pour l’une récession mondiale, la Banque pour l’Angleterre (BoE) et la Banque centrale européenne (BCE) ont spécifié jeudi qu’elles allaient prolonger leurs cycles de hausses des taux. Les majeures banques centrales ont, pour la majorité, adopté une stratégie agressive dans l’espoir pour l’enrayer l’inflation galopante.

En net déclin mi-octobre, les actions avaient rebondi sur fond pour l’optimisme devant des signes indiquant un tassement de l’inflation, laissant entrevoir la possible fin du resserrement monétaire de la Fed. Mais la tendance a pris du plomb dans l’aile en décembre, des données économiques mitigées et le cap maintenu par la banque centrale étasunienne faisant craindre une récession.

Des données publiées jeudi montrent que les ventes au détail aux Etats-Unis ont décliné plus qu’attendu en novembre, de même que le nombre pour l’inscriptions hebdomadaires au chômage dans le pays, mettant en exergue un marché du travail tendu qui n’aide pas à calmer l’inflation.

Tous les secteurs principaux du S&P-500 ont achevé la séance dans le rouge bordeaux. Parmi eux, les services de communication et l’innovation ont chuté pour l’environ 4%.

Arôme valeurs, Netflix a reculé de 8,63% après qu’un article de presse a rapporté que le géant du streaming avait décidé de rembourser ses annonceurs à la continuité de chiffres pour l’audience inférieurs aux objectifs.

(version française Pantalon denim Terzian)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *