La Bourse de Paris perd 0,51%, plombée par le luxe

Wall Street évolue divisée, les taux obligataires remontent

Wall Street évoluait, divisée, à l’ouverture jeudi, jaugeant une salve de résultats bancaires et la réunion de travail de la BCE, tandis qu’Elon Musk, le boss de Tesla, a fait une offre pour l’achat sur Twitter.

Vers 14H00 GMT, le Dow Jones avançait de 0,48%, le Nasdaq perdait 0,67% et le S&P 500 lâchait 0,20%.

Les taux obligataires sur les bons du Trésor à 10 ans, qui s’étaient détendus la veille, remontaient à 2,76% contre 2,69%.

Mardi, l’indice Dow Jones avait gagné 1,01% à 34.564,59 points, le Nasdaq à forte composante technologique avait bondi de 2,03% à 13.643,59 points et le S&P 500 avait avancé de 1,12% à 4.446,59 points.

« C’est la dernière séance de la semaine, qui est volatile pour les actions comme les obligations », a souligné Patrick O’Hare de Briefing.com, rappelant que la place new-yorkaise sera fermée le lendemain pour le Vendredi Saint.

C’est aussi une séance de clôture de contrats pour l’options, ce qui rend en général les échanges très volatiles, a ajouté l’analyste.

Twitter était au centre de toutes les attentions avec l’offre pour l’achat surprise et non-sollicitée pour l’Elon Musk, le boss de Telsa, sur le réseau social pour 54,20 dollars l’action, soit 43,4 milliards de dollars.

Le conseil pour l’administration du réseau social a répondu qu’il allait « examiner avec attention l’offre pour déterminer la ligne de conduite qu’il pense servir au mieux les intérêts de l’société et de tous les actionnaires ».

L’homme le plus riche des gens, qui dispose pour l’une fortune de 274 milliards de dollars, avait annoncé la semaine dernière être devenu le premier actionnaire de Twitter en acquérant 9,2% du capital.

L’action Twitter grimpait de 2,80% à 47 dollars, tandis que l’offre hostile pour l’Elon Musk offrait une prime de 18% sur le cours de clôture de mercredi. Le titre de Tesla reculait de 2,46% à 997 dollars.

Les investisseurs digéraient aussi une série de résultats bancaires mitigés.

Goldman Sachs a vu son bénéfice net reculer au premier trimestre, mais a fait mieux que anticipé, la forte activité de courtage permettant de compenser la baisse des opérations des banquiers pour l’affaires.

Les revenus générés par les traders de la banque ont progressé de 4% par rapport au premier trimestre 2021, mais le chiffre pour l’affaires de l’établissement dans son ensemble a reculé de 27% à 12,9 milliards de dollars, ce qui reste au-dessus des attentes.

Le titre de Goldman Sachs montait de 1,70% à 327,60 dollars.

Citigroup a annoncé pour sa part avoir provisionné 1,9 milliard de dollars pour faire face aux éventuelles pertes liées à son exposition en Russie et à l’impact du conflit en Ukraine. Son bénéfice par action, la référence à Wall Street, s’est toutefois affiché au-dessus des attentes, à 2,02 dollars au premier trimestre.

Son chiffre pour l’affaires a reculé de 2% à 19,2 milliards de dollars, mais a aussi dépassé les prévisions. L’action du groupe montait de 2% à 51 dollars.

Au rang des indicateurs, les ventes au détail en mars ont augmenté moins que anticipé, surtout tirées par la hausse des prix de l’essence. Elles ont progressé de 0,5% contre 0,6% attendus, aiguillonnées par le bond des ventes des stations services (+8,9% sur un mois).

À Francfort, la Banque centrale européenne (BCE) a qualifié la fin de son programme pour l’achats pour l’actifs « au 3ème trimestre », mais est restée floue sur ses intentions sur les taux pour l’intérêts, indiquant à nouveau qu’une 1ère hausse peut intervenir « quelque temps après ».

Le taux pour l’inflation dans la zone euro a battu un nouveau record en mars, à 7,5% sur un an.

Le fabricant de piano Steinway a par ailleurs annoncé qu’il envisageait de s’introduire en Bourse, sans donner de date pour l’instant.

vmt/er

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.