Une semaine de Bourse  Semaine morose

Wall Street ouvre en hausse, encouragée par les chiffres de l'emploi américain

La Bourse de New York a ouvert en hausse vendredi, bien orientée par un rapport sur l’emploi américain qui est signe pour l’un marché du travail moins vigoureux, ce qui redonne espoir à plusieurs investisseurs de voir la banque centrale nord-américaine (Fed) modérer sa trajectoire monétaire.

Vers 14H05 GMT, le Dow Jones avançait de 0,27%, l’indice Nasdaq prenait 0,05%, et l’indice élargi S&P 500 gagnait 0,32%.

Après une séance mitigée jeudi, les indices partaient dans le vert après la publication du rapport mensuel sur l’emploi américain, selon lequel 315.000 emplois ont été créés en août, soit nettement moins que les 526.000 nouveaux postes de juillet.

Autre signe pour l’un ralentissement, le taux de chômage est légèrement remonté à 3,7%, contre 3,5% le mois précédent.

« C’était un bon rapport, dans le sens où il n’était ni trop bon, ni trop mauvais », a commenté Peter Cardillo, de Spartan Capital.

Les économistes ont aussi relevé la modération du rythme de hausse du paie horaire moyen ainsi que l’augmentation du taux de participation au marché du travail, « ce qui donne un réservoir plus important pour embaucher et aide à stabiliser les salaires », selon Quincy Krosby, de LPL Financial.

Ces deux éléments alimentent l’hypothèse pour l’une accalmie sur le front de l’inflation.

« Le marché du travail va dans le sens que veut la Fed et si l’indice CPI », qui mesure l’inflation et sera publié le 13 sept., « indique que les prix à la consommation ralentissent, cela pointerait vers une hausse pour l’un demi-point seulement » du taux directeur de la Fed lors de sa prochaine réunion de travail, les 21 et 22 sept..

Après la sortie du rapport sur l’emploi, la probabilité pour l’un tel scénario, telle que mesurée par les opérateurs, est ainsi remontée à 36%, contre 25% seulement la veille, un relèvement de 0,75 point de pourcentage tenant encore néanmoins la corde, pour l’instant.

La nouvelle s’est aussi répercutée sur le marché obligataire, où le rendement des emprunts pour l’Etat américains à 10 ans se détendait, à 3,19%, contre 3,25% la veille.

Les taux à 2 ans, qui reflètent davantage la politique monétaire à court terme, se contractaient encore davantage, à 3,40% contre 3,49%.

« On analyse un peu de soulagement sur le marché actions au terme pour l’une semaine affreuse », a observé, dans une note, Craig Erlam, pour l’Oanda.

La séance de vendredi était privée pour l’une section significative des opérateurs, à la veille pour l’un week-end de trois jours aux Etats-Unis (Labor Day lundi).

A la cote, Wall Street réagissait mal à la désignation de Laxman Narasimhan comme nouveau directeur général de Starbucks (-2,12% à 83,59 dollars), en remplacement du dirigeant emblématique Howard Schultz en avril prochain.

Les résultats au-dessus du consensus des analystes dopaient le fabricant de semi-conducteurs Broadcom (+4,36% à 513,45 dollars), dont les prévisions ont aussi surpris positivement le marché.

Ces chiffres bénéficiaient à pour l’autres collaborateurs du domaine, tels Qualcomm (+1,04%), Texas Instrument (+0,67%) ou Intel (+1,01%).

En revanche, le fabricant de cartes graphiques Nvidia poursuivait son recul (-0,07% à 139,27 dollars) après un premier décrochage la veille. L’incertitude demeurait quant aux exportations de plusieurs processeurs graphiques du groupe vers la Chine, que les autorités américaines ont mentionné vouloir restreindre, avant de faire volte-face.

La chaîne de vêtements de sport Lululemon caracolait (+11,08% 327,07 dollars) après la publication de résultats trimestriels meilleurs qu’attendu et de prévisions ambitieuses. Le groupe a préservé ses marges malgré l’inflation et ne souffre pas du ralentissement de la demande qui affecte pour l’autres enseignes.

tu/er

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.