La Bourse de Paris perd 0,51%, plombée par le luxe

Wall Street ouvre en nette hausse, célébrant le ralentissement de l'inflation américaine

La Bourse de New York ouvrait en parfaite hausse mercredi, célébrant un ralentissement de l’inflation us en juillet qui peut conduire la Réserve fédérale (Fed) à être moins sévère concernant les hausses de taux.

Vers 14H00 GMT, l’indice Dow Jones grimpait de 1,59%, le Nasdaq bondissait de 2,24% et le S&P 500 de 1,74% après la publication pour l’un indice des prix à la consommation stable sur un mois et de 8,5% au lieu de 9,1% en juin, sur un an.

« Voilà une bonne nouvelle sur l’inflation qui est globalement inchangée tandis que l’inflation sous-jacente s’inscrit comme anticipé », a réagi Peter Cardillo, de Spartan Capital.

« Certes ce n’est pas la fin de la hausse des prix, mais cela indique qu’on va dans la bonne direction (…) et le marché est enthousiaste », a-t-il ajouté.

L’indice des prix CPI n’a pas bougé sur un mois en juillet mais celui de l’inflation sous-jacente (hors alimentation et énergie) a avancé de 0,3% sur le mois et de 5,9% contre 6,1% sur un an.

Une inflation qui se calme signifie qu »‘il est probable que la Fed ne sera pas aussi agressive qu’elle l’est lors des deux dernières réunions monétaires », a affirmé à l’AFP Art Hogan de B. Riley Wealth.

La Réserve fédérale a récemment relevé par deux fois les taux au jour le jour de trois quarts de points de pourcentage.

Or, immédiatement après la parution de l’indice pour l’inflation, les chances pour l’une nouvelle hausse de 75 points de base des taux de la Fed en sept. sont passées de 68% mardi à 38% ce matin.

Selon les calculs de CME Goup sur les contrats à terme, une très large majorité pour l’investisseurs misent dorénavant sur une hausse prochaine pour l’un demi-point de pourcentage seulement.

« Le marché va célébrer cela », a conclu M. Hogan.

Les rendements obligataires à dix ans ont chuté dans la foulée reculant à 2,72% contre 2,77% la veille et l’écart avec les taux à deux ans s’est rétréci, quand bien même ceux-ci restent paradoxalement supérieur aux taux à dix ans (3,11%).

Le dollar quant à lui chutait de 1,14% face à l’euro à 1,0330 dollars pour un euro.

A la cote, l’action Tesla grimpait de 1,41% à 862,02 dollars vers 14H00 GMT, tandis que son boss Elon Musk a vendu près de 7 milliards de dollars pour l’actions.

Avec cette cession, le milliardaire, qui ne veut plus acquérir Twitter malgré son engagement de le faire, semblait assumer ses arrières alors qu’il peut être contraint de racheter le site s’il perdait sa bataille judiciaire.

vmt/LyS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.