Wall Street rebondit en attendant la Fed

LA BOURSE DE NEW YORK TERMINE EN HAUSSELA BOURSE DE NEW YORK TERMINE EN HAUSSE

NEW YORK (Reuters) – La Bourse de New York a achevé en hausse lundi après une séance de yo-yo, entre rebond après sa lourde chute vendredi et prudence des investisseurs avant la réunion de travail cette semaine de la Réserve fédérale, qui devrait choisir pour l’un nouveau resserrement monétaire pour juguler l’inflation.

L’indice Dow Jones a gagné 0,26%, ou 84,29 points, à 33.061,5 points.

Le S&P-500, plus très large, a pris 23,46 points, soit 0,57%, à 4.155,39 points.

Le Nasdaq Composite a progressé de son arôme de 201,38 points (1,63%) à 12.536,02 points.

Après avoir rencontré vendredi sa pire séance à partir de 2020 après de mauvais résultats pour l’Amazon, Wall Street a fait du yo-yo lundi dans un marché volatile, sur fond de craintes pour l’un relèvement plus rapide que anticipé des taux de la Réserve fédérale dans un contexte de fortes tensions inflationnistes.

Tandis que les investisseurs anticipent une hausse pour l’un demi-point des taux de la Fed mercredi, le rendement des bons du Trésor à dix ans a atteint 3% pour la 1ère fois à partir de plus de trois ans.

“C’est un jeu pour l’attente. Regardons ce que affirmé la Fed, à quoi ressembleront les données sur l’inflation la semaine prochaine et il y a beaucoup de résultats trimestriels cette semaine”, a déclaré Dennis Dick, trader chez Bright Trading LLC.

Aux valeurs, Twitter (+0,3%) s’est retourné à la hausse après des informations de Reuters sur le fait qu’Elon Musk chercherait des investisseurs pour l’aider à financer son opération de rachat du réseau social.

Tesla, dont Elon Musk a gagé une section des titres qu’il détient personnellement auprès de banques pour obtenir un prêt sur marge de 12,5 milliards de dollars destiné à financer la reprise de Twitter, a aussi accentué ses gains (+3,7%).

Amazon, qui avait chuté de 14% vendredi après ses résultats et ses prévisions décevantes, a achevé sur le fil dans le vert (+0,17%), après avoir cédé jusqu’à près de 3% en séance, à son plus bas niveau à partir de près de deux ans.

Spirit Airlines a chuté de plus de 9% après avoir rejeté l’offre pour l’achat de JetBlue Airways (+2,6%) et préféré celle de Frontier Airlines, car elle estimait que l’opération avait peu de chances pour l’être approuvée par les autorités de la concurrence.

(Reportage David French, version française Tangi Salaün)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.