La Bourse de Paris perd 0,51%, plombée par le luxe

Wall Street rebondit et finit en hausse

La Bourse de New York a inversé la tendance lundi et évité une 3ème séance de baisse consécutive, aidée par une chasse aux bonnes affaires et la santé de l’économie us.

Le Dow Jones a gagné 0,70%, à 34.049,46 points, l’indice Nasdaq a pris 1,29%, à 13.004,85 points, et l’indice élargi S&P 500, 0,57%, à 4.296,12 points.

Pour Tom Martin, de Globalt Investments, « avec la vague de ventes qu’on a connues la semaine dernière, on est retourné sur des niveaux qui ont entraîné un rebond », en général technique, après un début de séance encore dans le de couleur rouge.

La chasse aux bonnes affaires a profité à plusieurs capitalisations géantes, ont souligné, dans une note, les analystes de Briefing.com, tels Microsoft (+2,44%), Alphabet (+3,04%), ou Nvidia (+1,98%), qui avaient rencontré un mois pour l’avril compliquée jusqu’en ce lieu.

Après la forte crispation des dernières séances, qui avait vu les taux pour l’objectif américains flamber, tout comme la volatilité, Wall Street a eu droit à une légère accalmie avant la clôture.

Les rendements des emprunts pour l’Etat américans à 10 ans se sont détendus, à 2,81%, contre 2,90% vendredi.

Les craintes pour l’un ralentissement économique, et même pour l’une récession, dans plusieurs pays principaux, n’ont pas disparu, mais pour Tom Martin, les investisseurs voient les Etats-Unis mieux se comporter que leurs pairs.

« Le consommateur est évidemment très en forme », rappelle le gérant, en référence aux premiers résultats pour l’entreprises qui ont montré que les hausses de prix marquées n’avaient pas réduit la demande. « Et l’emploi se porte aussi à merveille. »

Les dernières minutes de la séance ont aussi été animées par l’annonce pour l’un accord pour l’acquisition de Twitter (+5,66% à 51,70 dollars) par Elon Musk, qui valorise l’société 44 milliards de dollars.

Le réseau social n’a pas attendu la clôture pour faire état de ce protocole, ce qui a entraîné une brève suspension de la cotation.

Tesla, dont Elon Musk est le co-fondateur et directeur général, a moins bien participé à cette annonce (-0,70% à 998,02 dollars).

Autre réaction collatérale, la cryptomonnaie Dogecoin, que le fantasque entrepreneur a fréquemment promu à partir de l’an dernier, a bondi de plus de 20%.

Le marché a trinqué à la santé de Coca-Cola (+0,43% à 65,53 dollars), dont le chiffre pour l’affaires et les bénéfices trimestriels sont ressortis au-dessus des attentes.

Le groupe de boissons est parvenu à relever ses prix de 7% en moyenne sans affecter la demande.

L’éditeur de games vidéos Activision Blizzard (-0,71% à 78,05 dollars) est sanctionné après la publication de résultats inférieurs aux attentes, avec un chiffre pour l’affaires en baisse de 22% sur un an.

Le groupe qui doit être racheté par Microsoft a tout particulièrement pâti des ventes décevantes de son jeu « Call of Duty ».

Plombées par la glissade du brut, lui aussi marqué par le spectre pour l’un ralentissement économique, les valeurs pétrolières ont lâché du terrain, à l’image pour l’ExxonMobil (-3,37%), ConocoPhillips (-4,53%) ou Marathon Petroleum (-3,24%).

Même coup de froid pour la minière Barrick Gold (-4,21%) ou l’aciériste US Steel (-2,86%).

La chaîne de grands magasins Kohl’s (+5,28% à 60,39 dollars) a bénéficié pour l’une information du New York Post selon laquelle les propriétaires de l’enseigne JCPenney auraient fait une offre de rachat.

tu/eb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.