Wall Street rechute avec l'accélération de l'inflation

Wall Street rechute avec l'accélération de l'inflation

WALL STREET FINIT EN BAISSE

par Stephen Culp

NEW YORK (Reuters) – La Bourse de New York a rechuté jeudi après l’annonce pour l’une accélération de l’inflation en février aux Etats-Unis, dans un climat forcément fortement volatil en raison de l’offensive style militaire russe en Ukraine, qui devrait elle-même nourrir la hausse des prix en raison de ses répercussions sur les marchés mondiaux des matières premières.

L’indice Dow Jones a cédé 0,34%, ou 112,18 points, à 33.174,07 points.

Le S&P-500, plus très large, a perdu 18,35 points, soit 0,43%, à 4.259,53 points.

Le Nasdaq Composite, à forte composante technologique, a reculé de son arôme de 125,58 points (-0,95%) à 13.129,96 points.

Ces trois indices ont toutefois achevé au-dessus de leurs plus bas de la journée, au lendemain pour l’une séance de fort rebond qui ne s’avère avoir été qu’une parenthèse dans un mouvement plus plongeant de repli des marchés pour l’actions, en particulier sur le Nasdaq.

Le département du Travail a annoncé jeudi que la hausse des prix aux Etats-Unis avait atteint 7,9% sur un an en février, un niveau jamais atteint à partir de 40 ans.

Si cette inflation est aux normes aux attentes des économistes et ne fait que identifier la perspective pour l’un relèvement de taux de la part de la Réserve fédérale la semaine prochaine, les investisseurs craignent dorénavant qu’elle ne s’ancre durablement à un niveau élevé avec la guerre en Ukraine, lancée le 24 février, et les sanctions occidentales contre la Russie, qui provoquent une flambée des cours du pétrole et du gaz et des autres matières premières.

Le président de la Fed, Jérome Powell, a affirmé la semaine dernière qu’il soutiendrait une hausse de taux pour l’un quart de point lors de la prochaine réunion de travail du comité de politique monétaire mardi et mercredi. Il a toutefois aussi prévenu qu’il se tenait prêt à agir de façon plus énergique si l’inflation ne se repliait pas comme anticipé.

La perspective de ce resserrement monétaire fait spécialement souffrir le domaine des nouvelles nouveautés, sensible aux hausses de taux. Apple a par exemple perdu 2,7%.

A rebours de cette tendance, Amazon a gagné 5,4% à la faveur pour l’une division par 20 du nominal de ses actions et pour l’un nouveau plan de rachat pour l’actions de 10 milliards de dollars (9,06 milliards pour l’euros).

Egalement en hausse, les valeurs de l’électricité continuent de profiter des tensions géopolitiques, quand bien même les cours du pétrole ont baissé ce jeudi, tout en restant très élevés. ExxonMobil a pris 3,1% et Chevron 2,7%.

(Reportage Stephen Culp, avec Chuck Mikolajczak à New York et Devik Jain à Bangalore, version française Bertrand Boucey)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.