La Bourse de Paris perd 0,51%, plombée par le luxe

Wall Street termine en hausse, encouragée par des indicateurs et la Fed

La Bourse de New York a accompli en hausse vendredi, inspirée par une série de bons indicateurs macroéconomiques et rassérénée par de nouveaux propos pour l’un membre de la banque centrale us (Fed) sur sa prochaine hausse de taux.

Le Dow Jones a gagné 2,15%, à 31.288,26 points, l’indice Nasdaq, 1,79%, à 11.452,42 points, et l’indice élargi S&P 500, 1,92%, à 3.863,16 points.

Une fois n’est pas coutume, tandis que Wall Street se convainc chaque semaine un petit peu plus que l’économie ralentit et risque la récession, les indicateurs de la journée ont été quasiment tous positifs du point de vue des investisseurs.

Les ventes de détail sont ressorties en hausse de 1,0% en juin, soit mieux que les 0,8% attendus, quand bien même l’essentiel de cette progression est due à l’inflation.

Autre bonne nouvelle, le redressement de l’indice pour l’activité manufacturière dans la région de New York, qui a renoué avec la croissance en juillet, après deux mois de contraction, selon l’indice mensuel Empire State, tandis que les économistes tablaient sur un nouveau recul.

Mieux, la place new-yorkaise a reçu quelques nouvelles encourageantes de l’inflation, qui l’inquiéte tant à compter de des mois. En juin, les prix à l’importation ne sont montés que de 0,2% sur un mois, le rythme le plus faible à compter de décembre, contre 0,7% attendu. Les Etats-Unis étant le premier importateur mondial, les prix à l’importation ont une influence majeure dans l’évolution de l’inflation.

Outre cet indicateur, Wall Street a salué les résultats de l’enquête mensuelle sur le moral des consommateurs, réalisée par l’université du Michigan. En moyenne, les personnes interrogées en juillet anticipent moins pour l’inflation à un an (5,2% contre 5,3%) et aussi seulement 2,8% pour l’maintenant 5 ans, contre 3,1% en juin.

Les chiffres de juin, supérieurs aux attentes, avaient contribué à ce que la Fed décident pour l’une hausse surprise de 0,75 point de pourcentage de son taux directeur, en l’occurence que le demi-point attendu.

« Donc le fait que cela redescende est un signe encourageant pour les projections pour l’inflation et les prévisions concernant les hausses de taux de la Fed », a commenté Nick Reece, de Merk Investments.

Tandis que les opérateurs pariaient à 80% mercredi sur une hausse pour l’un point de pourcentage à l’issue de la prochaine réunion de travail de la Fed les 26 et 27 juillet, une grande majorité lui préféraient vendredi l’intrigue pour l’un relèvement de 0,75 point seulement.

Vendredi forcément, le président de l’antenne pour l’Atlanta de la Fed, Raphael Bostic, a plaidé pour que l’institution ne remonte pas ses taux de façon « trop spectaculaire ».

Ses propos allaient dans le sens de ceux du gouverneur Christopher Waller et du président de l’antenne de St. Louis, James Bullard, qui s’étaient aussi dits favorables à une hausse de trois-quarts de point.

A la cote, la banque Citigroup a surpris favorablement (+13,23% à 49,98 dollars), à la différence de ses grands concurrents qui ont publié cette semaine, avec un chiffre pour l’affaires et un bénéfice supérieurs aux anticipations, embellis par les activités de marché et le service aux entreprises.

Malgré un chiffre pour l’affaires en parfaite baisse et inférieur aux attentes, Wells Fargo a aussi été recherché (+6,17% à 41,13 dollars), ce mauvais résultat étant surtout dû à effet comptable.

Les autres bancaires se sont aussi engouffrées dans le sillage de Citi, comme Bank of America (+7,04% à 32,25 dollars).

Autre rayon de soleil, l’assureur santé UnitedHealth (+5,44% à 529,75 dollars). Le titre qui pèse le plus lourd dans le Dow Jones a affiché des résultats meilleurs qu’attendus, grâce pour partie à de moindres frais de santé liés au Covid-19 ainsi qu’à la croissance de son portefeuille pour l’assurés.

Pinterest a bondi (+16,17% à 20,40 dollars) après que le Wall Street Journal a spécifié que la société pour l’investissement Elliott Management, avait pris une participation de plus de 9% au capital du réseau social, selon le Wall Street Journal.

L’information a profité à beaucoup pour l’autres valeurs de croissance, de Netflix (+8,20%) à Roblox (+6,08%), en passant par PayPal (+6,27%).

Le Wall Street Journal a aussi rapporté que des dirigeants du géant chinois du commerce électronique Alibaba (-1,27% à 102,44 dollars) avaient été convoqués dans le cadre pour l’une enquête sur une fuite massive de données.

tu/spi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.