La Bourse de Paris perd 0,51%, plombée par le luxe

Wall Street termine en hausse, tirée par les géants de la tech

La Bourse de New York a accompli en hausse lundi et enchaîné une seconde séance de hausse pour l’affilée pour débuter le trimestre, à l’aide de la belle séance des géants américains de la tech.

Le Dow Jones a gagné 0,30%, à 34.921,88 points, l’indice Nasdaq, étendard du domaine technologique, a lui pris 1,90%, à 14.532,55 points, mais l’indice élargi S&P 500 a engrangé 0,81%, à 4.582,64 points.

Pour les analystes de Schwab, les investisseurs ont démarré la semaine en position pour l’attente, avant quelques jalons macroéconomiques prévus cette semaine, tout particulièrement le compte-rendu de la dernière réunion de travail du comité de politique monétaire de la Banque centrale us (Fed).

Après avoir été propulsé à des hauteurs plus fréquentées à partir de trois ans, le taux des emprunt pour l’Etat américains à 2 ans s’est ainsi détendu, à 2,42%, mais reste supérieur à celui à 10 ans, une rareté annonciatrice pour l’une récession pour plusieurs économistes.

Jake Scott, de Schaeffer’s Investment Research, a vu lui dans ce marché des opérateurs qui « passaient outre leurs craintes pour l’une récession et se tournaient vers les valeurs technologiques malmenées » à partir de le début de l’année.

Les capitalisations phares de la place new-yorkaise ont ainsi chatouillé les indices, tout particulièrement Apple (+2,37%), Amazon (+2,93%) et Microsoft (+1,79%), qui pèsent, à eux trois, près pour l’un quart du Nasdaq.

Kim Forrest, responsable de l’investissement chez Bokeh Capital Partners, s’attend à ce que Wall Street se développe dans des marges resserrées jusqu’les premiers jours de la période des résultats.

JPMorgan Chase, Delta Aspect Lines et BlackRock sont ainsi attendus dès le mercredi 13 avril pour présenter leurs chiffres du premier trimestre.

« On ne s’intéresse pas tant au dernier trimestre qu’au suivant, et à celui pour l’après », explique la gérante, pour laquelle les investisseurs prêteront surtout attention aux prévisions et aux commentaires des dirigeants.

Twitter a bondi (+27,12% à 49,97 dollars) après l’annonce que l’entrepreneur Elon Musk a pris une participation de 9,2% au capital du réseau social.

En souffrance à partir de la correction qui a frappé les valeurs de croissance et les plateformes technologiques, Twitter est remonté à son un peu avant niveau à partir de mi-novembre.

L’opération surprise pour l’Elon Musk a profité à Meta (+4,02% à 233,89 dollars), mais aussi à Snap (+5,22%) et Pinterest (+10,44%).

Quant à Tesla (+5,61% à 1.145,45 dollars), dont Elon Musk est le directeur général, il a profité de bons chiffres de livraisons trimestriels, tandis que la quasiment totalité du marché automobile a dérapé, malgré la fermeture de son usine en Chine pour cause de Covid-19.

Les investisseurs ont mal digéré la décision du directeur général de Starbucks (-3,72% à 88,09 dollars), Howard Schultz, de suspendre le programme de rachats pour l’actions, affirmant vouloir investir « davantage » des bénéfices du groupe « au profit (des) salariés » et de ses succursales.

Pour Kim Forrest, Wall Street attend pour l’en connaître davantage, lors de la présentation des résultats, sur la position de Starbucks et pour l’Amazon quant à la constitution de syndicats dans plusieurs cafés du premier et un centre logistique du deuxième.

Après avoir déjà décollé sur des bruits de couloir en ce sens vendredi, les actions chinoises cotées à Wall Street s’envolaient de nouveau après que les autorités chinoises ont accepté, samedi, le base pour l’audits conçus par des sociétés agréées, non chinoises.

Les plateformes chinoises de commerce en ligne Alibaba (+6,62%), Pinduoduo (+15,59%) ou JD.com (7,14%), étaient toutes en parfaite hausse.

Hertz a grimpé de 10,70% à 23,38 dollars, tandis que le loueur de véhicules a dévoilé lundi un partenariat avec le constructeur suédois de voitures électriques Polestar, qui prévoit tout particulièrement l’acquisition de 65.000 exemplaires sur cinq ans pour améliorer sa flotte.

Le fabricant de semi-conducteurs AMD est monté (+2,16% à 110,53 dollars) après avoir fait état de l’acquisition du spécialiste de l’optimisation des centres de stockages de données Pensando pour environ 1,9 milliard de dollars.

tu/oaa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.