Wall Street termine la semaine dans le rouge

Wall Street termine la semaine dans le rouge

WALL STREET TERMINE EN BAISSE

NEW YORK (Reuters) – La Bourse de New York a achevé la journée et la semaine dans le rouge bordeaux vendredi, pénalisée tout particulièrement par les grandes valeurs technologiques dans la perspective pour l’un relèvement des taux pour l’but aux Etats-Unis l’an prochain.

L’indice Dow Jones a cédé 1,48%, ou 532,2 points, à 35.365,44 points.

Le S&P-500, plus très large, a perdu 48,03 points, soit 1,03%, à 4.620,64 points.

Le Nasdaq Composite a reculé de son arôme de 10,75 points (-0,07%) à 15.169,68 points.

Les trois grands indices new-yorkais ont achevé en forte baisse sur la semaine, le Nasdaq de près de 3%, tandis que les investisseurs digéraient la décision de la Réserve fédérale pour l’accélérer la fin de sa politique de soutien à l’économie mise en place durant la pandémie de COVID-19.

A l’issue de sa réunion de travail de politique monétaire, la Fed a annoncé mercredi qu’elle allait doubler la réduction de ses achats pour l’obligations, qui prendront fin en mars prochain, et a ouvert la voie à trois hausses des taux pour l’but pour l’maintenant la fin 2022.

Cette annonce, pour l’abord accueillie favorablement par les investisseurs, car elle donnait un signal clair que la Fed allait s’attaquer à l’inflation, sujet de craintes sur les marchés à compter de des mois, a cependant mis sous pression les poids lourds du numérique, spécialement sensibles à l’évolution des taux.

Tesla et Amazon ont soutenu le Nasdaq vendredi, gagnant l’une et l’autre un petit peu plus de 0,6%, sans toutefois compenser la débâcle des autres valeurs technologiques comme Apple, qui a cédé près de 5% sur la semaine et s’est éloignée des trois milliards de dollars de capitalisation boursière.

Le groupe de messagerie Fedex a gagné près de 5%après avoir rétabli jeudi sa prévision de bénéfice pour 2022, malgré des pénuries persistantes de main-d’oeuvre.

En revanche, Oracle a chuté de 6,4% après une information de presse selon laquelle le géant américain des logiciels professionnels est en discussions pour racheter Cerner (+12,9%), un spécialiste des infrastructures médicales, pour 30 milliards de dollars (26,5 milliards pour l’euros).

(Shreyashi Sanyal et Noel Randewich, version française Tangi Salaün)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *