Wall Street : un accueil glacial pour certains trimestriels

Wall Street vers une ouverture en forte baisse après un indicateur d'inflation élévé

(Crédits photo : Flickr – Scott Beale )

La Bourse de New York s’orientait vers une ouverture en forte baisse jeudi après la publication pour l’un indicateur pour l’inflation américain plus élevé que anticipé, de nature à encourager la banque centrale étasunienne (Fed) à poursuivre son resserrement monétaire brutal.

Vers 13H00 GMT, les contrats à terme sur les trois principaux indices de la place new-yorkaise annonçaient une ouverture du Dow Jones en repli de 1,64%, du Nasdaq en baisse de 2,88% et du S&P 500 en recul de 2,01%.

L’indice des prix à la consommation CPI est ressorti en hausse de 0,4% sur un mois en sept., soit davantage que les 0,3% attendus par les économistes.

Sur un an, l’inflation s’affiche à 8,2%, soit moins que les 8,3% pour l’août mais plus que la prévision de 8,1%.

« Les données sur l’inflation vont dans le sens pour l’une politique monétaire agressive jusqu’à ce que les prix montrent des signes clairs de décélération sur une période prolongée », a réagi, dans une note, Rubeela Farooqi, de High Frequency Economics.

« Non seulement la Fed va augmenter ses taux de 0,75 point de pourcentage le mois prochain, mais il y a à présent une possibilité qu’elle les remonte de nouveau de 0,75 point en décembre », a commenté Chris Zaccarelli, pour l’Independent Advisors Alliance, tandis que les opérateurs tablaient surtout sur un demi-point jusqu’en ce lieu.

Dès la publication de l’indicateur pour l’inflation CPI, les contrats à terme, qui prédisaient une ouverture de la Bourse de New York en parfaite hausse, se sont retournés instantanément et ont plongé dans le rougeâtre.

Dans le même temps, les taux obligataires ont décollé. Le rendement des emprunts pour l’Etat américains à 10 ans a franchi 4% et enregistré un nouveau précédemment de 14 ans, à 4,04%.

Quant au taux à 2 ans, plus représentatif des anticipations des investisseurs en terme de politique monétaire, il a grimpé jusqu’à 4,49%, une 1ère à partir de 15 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *