CAC40 : encore en repli de -0,4% pour ces '3 sorcières'

Analyse mi-séance AOF France/Europe – L'inflation record met la pression sur la BCE pour relever ses taux

(AOF) – Les marchés européens reculent sur fond de dégradation de la situation macroéconomique. L’inflation a atteint un niveau record en mai en zone euro, pénalisant le pouvoir pour l’achat des ménages. Le repli de la consommation qu’elle induit a entrainé une contraction de l’économie française les premiers jours pour l’année. En outre, l’inflation n’a peut être pas atteint son pic du fait de la hausse continue du pétrole. Dans ce contexte, la Banque centrale européenne est sous pression pour adopter une politique monétaire restrictive plus énergique. Vers 12 heures, le CAC 40 perd 0,89% à 6504 points.

Derichebourg cède 3,02% à 7,54 euros tandis qu’Elior abandonne 1,14% à 2,78 euros. Le spécialiste du recyclage accroît, légèrement, la pression sur le groupe de restauration collective. Le 19 mai, à la surprise générale, le groupe de famille, qui détenait 4,9% pour l’Elior, avait annoncé un accord avec les fondateurs en vue pour l’en faire vérifier 19,6%. Selon Derichebourg, cette montée au capital s’inscrit dans une logique de long terme. Le groupe soutient la stratégie pour l’Elior et, s’il compte demander deux sièges au conseil, l’?uvre pour l’une OPA est rejeté. Hier soir, rebelote.

Sur une place parisienne dans le de couleur rouge, Pierre et Vacances grimpe de 6,46% à 7,09 euros par action, signant ainsi l’une des plus fortes hausses du SRD. L’horizon se dégage pour le spécialiste des villages de vacances et des résidences de tourisme, qui a relevé ses perspectives pour son exercice 2021-2022 (clos fin sept.). Le groupe vise maintenant un Ebitda ajusté de 96 centaines de milliers pour l’euros (contre 83 centaines de milliers pour l’euros jusque-là) et une situation de trésorerie de 451 centaines de milliers pour l’euros (contre 438 centaines de milliers pour l’euros auparavant).

Sur l’exercice 2021-22, clos fin mars, Bigben a vu son résultat net chuter de 45,6% à 10,3 centaines de milliers pour l’euros. Le résultat opérationnel courant a chuté de 42% à 21 centaines de milliers pour l’euros, en haut de fourchette de l’objectif annoncé entre 19 et 21 centaines de milliers pour l’euros. Il fait ressortir une marge de 7,6% contre 12,4%, un an auparavant. L’action du groupe présent dans l’édition de petits jeux vidéo, les accessoires mobiles et gaming et les produits audio perd 2,61% à 15,68 euros.


Les chiffres macroéconomiques de la journée

L’économie hexagonale s’est ainsi contractée de 0,2% au premier trimestre alors qu’une stabilité avait initialement été annoncée, a spécifié l’Insee. Ce recul est fonction de la faiblesse de la consommation des ménages, qui a reculé de 1,5 % après une augmentation de 0,3 % 4ème trimestre.

L’institut de statistique a en outre abaissé de 0,2 point à 6,8% la progression du PIB l’an dernier. Cette double mauvaise nouvelle engendre une révision marquée de l’acquis de croissance pour 2022, c’est-à-dire l’évolution du PIB cette saison si l’économie restait stable lors des prochains trimestres. Cet acquis s’élève maintenant à l’issue du premier trimestre à 1,9 %, contre 2,4 % lors de l’estimation précédente.

Sur un an en France, selon l’estimation transitoire réalisée en fin de mois par l’Insee, les prix à la consommation ont augmenté de 5,2 % en mai 2022, après +4,8 % le mois précédent. Sur un mois, les prix à la consommation ont progressé de 0,6 %, après +0,4 % en avril. Après leur repli le mois précédent, les prix de la force se redressent en lien avec le rebond des prix des produits pétroliers. Sur un an, l’indice des prix à la consommation harmonisé augmente de 5,8 %, après +5,4 % en avril. Sur un mois, il grimpe de 0,7 %, après +0,5 % le mois précédent.

En France, la consommation des ménages diminue de nouveau en avril, mais moins fortement qu’en mars (-0,4 % après -1,4 %, chiffre révisé de -1,3%). Les économistes tablaient sur +0,8%.

Le taux pour l’inflation annuel de la zone euro est estimé à 8,1% en mai 2022, contre 7,4% en avril selon une estimation rapide publiée par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne. Il était attendu à 7,7% par le consensus Reuters. L’inflation plus forte que anticipé en Allemagne, Espagne et France ne laissait rarement de soupçons que ce chiffre est supérieur aux attentes.

Aux Etats-Unis, l’indice S&P Case-Shiller des prix immobiliers en mars est demandée à 15h. L’indice des directeurs pour l’achat de la région de Chicago en mai est programmé à 15h45 et l’indice de confiance des consommateurs du Conference Board en mai, à 16h.

Vers 12h00, l’euro cède 0,43% à 1,0733 dollar.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.