CAC 40 : peu de changement attendu à l'ouverture

CAC 40 : le biais reste haussier en attendant les PMI

Le Palais Brongniart, ancien siège de la Bourse de Paris. (Crédits photo : – L. Grassin )

(CercleFinance.com) – La Bourse de Paris devrait ouvrir en hausse vendredi matin dans l’attente pour l’une nouvelle salve pour l’indicateurs économiques en Europe et aux Etats-Unis.

Vers 8h15, le contrat futur sur l’indice CAC 40 – livraison août – progresse de 28 points à 6506,5 points, annonçant un début de séance dans le vert.

Le début de journée va être animé par les résultats préliminaires des enquêtes PMI pour l’IHS Markit concernant le domaine privé de toute une série de pays européens.

Après le rapide redressement de l’activité opéré ce printemps, les indices PMI pourraient montrer un léger ralentissement au mois de juillet, même s’ils devraient largement demeurer en zone pour l’expansion.

‘Le niveau maintenant atteint par les PMI européens dépasse son niveau de longue période’, soulignent les économistes pour l’Oddo BHF, qui y voient une tendance annonciatrice pour l’une modération dans les prochains mois.

Plus globalement, beaucoup pour l’analystes s’attendent à ce que la rapide propagation du variant Delta affecte aussi le moral des chefs pour l’société.

‘Le climat des affaires peut s’en ressentir, mais en tout état de cause, le rythme pour l’activité s’annonce très robuste pendant les mois pour l’été’, pronostique Oddo.

A suivre aussi cet après-midi: l’indice PMI américain, qui devrait, selon le consensus, s’être légèrement tassé en juillet.

Hier, la Bourse de Paris avait fini la séance en demi-teinte, le CAC ayant reperdu les trois-quarts de ses gains initiaux pour en terminer à 6481 points (+0,3%), dans des volumes étriqués de 2,6 milliards pour l’euros.

Les investisseurs ont encore semblé vouloir se détourner des actions pour se porter sur des actifs jugés plus sûrs, comme les obligations pour l’Etat.

Confortés par le communiqué de la BCE ainsi que par des chiffres US qui écartent l’?uvre pour l’un surchauffe de l’économie, les taux américains se détendent en direction de 1,26%.

Les OAT française se replient quant à elles pour l’un point de base, à -0,08%, mais les Bunds restent stables autour de -0,42%, au plus bas à partir de le mois de février.

A Wall Street, la séance de jeudi a démarré sur une note plutôt grîsatre avant de s’achever sur un biais légèrement haussier, les trois grandes indices new-yorkais étant maintenant revenus à moins de 2% de leurs sommets historiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.