Analyse mi-séance AOF Wall Street - Wall Street repasse dans le rouge, la confiance des consommateurs déçoit

CAC40: l'inflation US encourageante porte les cours

(CercleFinance.com) – Malgré des volumes réduits caractéristiques de la période estivale (moins de 3 MdsE échangés aujourd’hui), la Bourse de Paris gagne près de 0,52%, à 6.523 points, dynamisée par la parution de chiffres rassurants quant à l’inflation aux États-Unis, celle-là s’avérant au final moins élevée qu’attendu.

Ainsi, après une hausse de 1,3% en juin, les prix à la consommation aux Etats-Unis ont stagné en juillet en rythme séquentiel, pour l’après le Département du Travail, là où Jefferies anticipait une hausse de l’ordre de 0,1% pour l’un mois à l’autre.

Hors énergie et produits alimentaires, deux catégories traditionnellement volatiles, l’inflation nord-américaine s’est établie à +0,3% le mois dernier, une progression là aussi un peu en-dessous des attentes des économistes.

Par rapport à juillet 2021, l’indice des prix américain a augmenté de 8,5% en brut et de 5,9% hors éléments volatils, des taux donc légèrement en dessous des estimations moyennes du marché et tandis que Jefferies anticipait 8,6% et 6% respectivement.

La publication a systématiquement été à merveille accueillie outre-Altantique, où les indices US sont en parfaite hausse, gagnant entre 1.7% (Dow Jones) et 2.3% (Nasdaq). Une mobile partagée en Europe où l’E-Stoxx50 s’arroge près de 1%, avec un DAX à +1,3% mais Londres ferme la marche avec +0,3%.

Plus tôt dans la journée, les investisseurs avaient déjà été attentifs aux chiffres définitifs de l’inflation en Allemagne.

Selon les chiffres de Destatis, l’indice des prix à la consommation a légèrement ralenti à +7,5% sur un an au mois de juillet, contre +7,6% en juin, une décélération qui apparaît insuffisante pour freiner le cycle de relèvement de taux amorcé par la BCE.

Outre l’inflation aux USA et en Allemagne, les investisseurs ont aussi pris connaissance cet après-midi pour l’une hausse de 1.8% des stocks des grossistes en juin en rythme séquentiel aux Etats-Unis, selon le Département du Commerce, après une augmentation de 1,9% le mois précédent (chiffre révisé pour l’une estimation initiale qui était de +1,8%).

Par ailleurs, les stocks américains de pétrole brut ont augmenté la semaine dernière, tandis que ceux pour l’essence ont baissé, montrent des données publiées mercredi par l’Agence nord-américaine pour l’information sur la force (EIA).

Les réserves de brut ont augmenté de 5,5 centaines de milliers de barils à 432 centaines de milliers, mais celles pour l’essence ont baissé de cinq centaines de milliers de barils.

A remarquer que le baril de Brent s’échange dorénavant pour 96$ (-0,7%) et que l’euro gagne près de 1,2% par rapport au billet vert, à 1,0336 $.

Dans l’actualité des sociétés, très calme aujourd’hui, la société pour l’orthopédie Bone Therapeutics a annoncé qu’elle allait acquérir une participation majoritaire à l’intérieur de Medsenic, une ‘biotech’ spécialisée dans les maladies auto-immunes, en vue pour l’élargir et de diversifier son portefeuille thérapeutique.

Cette transaction doit conduire au regroupement des activités de Bone et de Medsenic qui créeront à elles deux BioSenic, une nouvelle société bio-pharmaceutique de spécialité.

Par ailleurs, Poujoulat affiche un chiffre pour l’affaires du premier trimestre (avril à juin) en progression de près de 34% par rapport à la même période de l’exercice 2021-22, à 69,8 centaines de milliers pour l’euros, ‘confirmant la mobile de ses marchés dans un contexte de tension énergétique’

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.