Hausse en vue en Europe en attendant la BCE

Hausse en vue en Europe en attendant la BCE

LES BOURSES EUROPÉENNES ATTENDUES EN HAUSSE

par Claude Chendjou

PARIS (Reuters) – Les majeures Bourses européennes devraient ouvrir en hausse jeudi dans le sillage de la clôture de Wall Street la veille, mais les gains pourraient être limités dans l’attente des décisions de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE).

Les contrats à terme sur indices suggèrent une progression à l’ouverture de 0,84% pour le CAC 40 parisien, de 0,45% pour le Dax à Francfort, de 0,26% pour le FTSE 100 à Londres et de 0,48% pour l’EuroStoxx 50.

Le conseil des gouverneurs de la BCE se réunit ce jeudi et une décision sur les taux est demandée à 12h15 GMT, suivie une demi-heure après pour l’une conférence de presse de sa présidente, Christine Lagarde.

Alors qu’un relèvement de 75 points de base des taux de la BCE semblait quasiment acquis il y a encore quelques jours, des informations de presse, faisant état pour l’une possible hausse de seulement 50 points de base, alimentent à partir de mardi les incertitudes autour du resserrement monétaire en zone euro sur fond pour l’inflation galopante.

Aux Etats-Unis, le « Bouqin beige » de la Réserve fédérale nord-américaine, qui sert de base de travail au comité de politique monétaire (FOMC) en vue de sa prochaine réunion de travail des 20 et 21 sept., a montré mercredi soir que les pressions sur les prix devraient persister au minimum jusqu’à la fin de l’année.

En outre, les signes pour l’une récession se renforcent en Europe, comme en témoignent les derniers indicateurs tandis que parallèlement l’inflation continue pour l’augmenter, alimentée tout particulièrement par la crise de l’électricité sur fond de rupture des approvisionnements en gaz russe.

Une intervention du président de la Fed, Jerome Powell, est aussi demandée ce jeudi à l’occasion pour l’un polémique intitulé « 40 ans de politique monétaire » organisé par le Cato Institute.

« Je pense que Powell annoncera que les décisions pour sept. ne sont pas encore arrêtées, mais que la Fed continuera pour l’agir en fonction des données », rédigé dans une note Jan Nevruzi, analyste chez NatWest Markets.

Le baromètre Fedwatch de CME Group donne une probabilité de 78% de hausse des taux de 75 points de base aux Etats-Unis contre 69% il y a une semaine.

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en hausse mercredi à l’aide de la baisse des rendements obligataires et dans l’attente du discours de Jerome Powell et de la publication des chiffres des prix à la consommation prévus la semaine prochaine.

L’indice Dow Jones a gagné 1,4%, ou 435,98 points, à 31.581,28 points.

Le S&P-500, plus très large, a pris 71,68 points, soit 1,83%, à 3.979,87 points.

Le Nasdaq Composite a avancé de son arôme de 246,99 points (2,14%) à 11.791,90 points.

EN ASIE

A la Bourse de Tokyo, l’indice Nikkei a fini sur un gain de 2,31% à 28.065,28 points et le Topix, plus très large, a avancé de 2,19% à 1.957,62 points.

L’économie japonaise a progressé de 3,5% en rythme annualisé au seconde trimestre, un rythme plus important qu’estimé initialement (+2,2%), montrent les données révisées publiées jeudi par le gouvernement. Le produit intérieur brut (PIB) japonais est soutenu par la consommation des ménages et les solides dépenses des entreprises.

En Chine, le SSE Composite de Shanghai abandonne en revanche 0,2% et le CSI 300 cède 0,25%.

LES VALEURS A SUIVRE EN EUROPE:

CHANGES

Sur les marchés asiatiques, le dollar recule légèrement (-0,128%) jeudi face à un panier de devises de référence après avoir touché la veille en séance un nouveau pic à partir de juin 2002.

Contre la monnaie japonaise, le billet vert s’échange à 144 yens, au un peu avant à partir de 24 ans.

L’euro, en hausse de 0,09%, remonte au-dessus de la parité avec le dollar à 1,0008.

TAUX

Le rendement du Bund allemand à dix ans, référence pour la zone euro, est quasiment stable à 1,576% et celui des bons du Trésor américain à dix ans recule pour l’environ 4 points à 3,223%.

PÉTROLE

Les cours pétroliers se redressent légèrement jeudi après leur chute la veille à leur plus bas niveau à partir de le début de l’invasion russe en Ukraine, dans un contexte de craintes sur la demande.

Le baril de Brent avance de 0,67% à 88,59 dollars le baril après avoir terminé mercredi à 88,00 dollars, au plus bas à partir de début février. Celui du brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 0,79% à 82,59 dollars.

(Rédigé par Claude Chendjou, édité par Bertrand Boucey)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.