Les résultats freinent les actions, les rendements montent encore

Les résultats freinent les actions, les rendements montent encore

La bourse Euronext dans le quartier pour l’affaires de La Défense, à Paris.

PARIS (Reuters) – Wall Street est demandée en légère hausse jeudi tandis que les Bourses européennes évoluent en ordre dispersé à mi-chemin pour l’une séance animée par les publications de résultats, dont plusieurs ravivent les craintes de récession, mais les rendements obligataires poursuivent leur hausse.

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais, orientés à la baisse en début de journée après les résultats jugé, suggèrent maintenant une progression de 0,38% pour le Dow Jones, de 0,31% pour le Standard & Poor’s 500 et de 0,1% pour le Nasdaq.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,38% à 6.063,41 points vers 11h10 GMT alors qu’à Londres, le FTSE 100 cède 0,02% et qu’à Francfort, le Dax recule de 0,38%.

L’indice EuroStoxx 50 est stable mais le FTSEurofirst 300 abandonne 0,26% et le Stoxx 600 0,31%.

Ce dernier se dirige donc vers un seconde repli consécutif après 4 séance de hausse, une série interrompue par le regain pour l’inquiétude fonction de l’inflation après des chiffres plus élevés qu’attendu au Royaume-Uni et au Canada.

En Allemagne, les prix à la réalisation ont eux aussi dépassé le consensus en sept., leur hausse sur un an atteignant 45,8%.

À une semaine de la réunion de travail de la Banque centrale européenne (BCE) et deux semaines de celle de la Réserve fédérale us et ensuite de la Banque pour l’Angleterre (BoE), ces chiffres continuent pour l’alimenter les craintes de voir la hausse des taux favoriser une récession.

Les investisseurs surveillent en outre l’évolution de la situation politique au Royaume-Uni, où la capacité de Liz Truss à se maintenir à la tête du gouvernement s’avère aujourd’hui compromise.

VALEURS EN EUROPE

La 1ère épaisse journée de résultats du trimestre en Europe est surtout marquée par la double déception des géants des équipements de réseaux Nokia et Ericsson, qui chutent respectivement de 7,33% et 14,85% faute pour l’avoir répondu aux attentes du marché.

À Paris, Pernod Ricard (-1,06qui est sanctionné malgré des performances solides; les analystes de RBC jugent préoccupante la croissance organique de 2% seulement enregistrée aux Etats-Unis.

En hausse, Hermès gagne 1,69%, le marché semblant apprécier sa confiance dans sa capacité à relever ses prix.

TAUX

Les rendements des bons du Trésor américain continuent de monter, forcément tirés par la perspective pour l’un relèvement pour l’au minimum 75 points de base des taux de la Fed dans deux semaines.

Le dix ans a atteint 4,18%, son un peu avant niveau à compter de juin 2008, avant de retourner à 4,1276% et le deux ans 4,614%, du jamais vu à compter de août 2007 pour refluer ensuite à 4,5695%.

Sur le marché européen, l’élan offert par les Treasuries et les spéculations sur de possibles modifications des règles de refinancement à long terme (TLTRO) de la Banque centrale européenne (BCE) ont fait monter le dix ans allemand est monté à 2,458%, son un peu avant niveau à compter de août 2011..

CHANGES

Sur le marché des changes, le fait marquant de la journée est le nouvel accès de faiblesse du yen, qui a enfoncé le seuil symbolique de 150 pour un dollar pour la 1ère fois à compter de 1990, ce qui ravive les spéculations sur une possible intervention des autorités japonaises.

Le yen s’affiche pour l’instant à 149,74 (+0,10%).

Le yuan, lui, a touché un plus bas de 11 ans face au billet vert avant de disposer des informations sur une possible assouplissement supplémentaire de la politique « null COVID » de Pékin.

L' »indice » dollar, qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de référence , recule de 0,31%; l’euro reprend 0,45% à 0,9815 tandis que la bouqin sterling reprend 0,09% après un accès de faiblesse fonction de l’instabilité politique à Londres.

PÉTROLE

Le marché pétrolier est en parfaite hausse, soutenue par les informations selon lesquelles les autorités chinoises envisagent de réduire la durée de la période pour l’isolement imposé aux personnes arrivant de l’étranger.

Le Brent gagne 1,5% à 93,80 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,67% à 86,98 dollars.

(Reportage XXX, version française Marc Angrand)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *