Paris : cède 0,2% dans un contexte particulier de 14 juillet

Paris: en net décrochage, au contact des 6.200 points

(CercleFinance.com) – La bourse de Paris décroche de près de 2,4% et se rapproche dangereusement du seuil des 6.200 (à 6.205) et le bilan hebdomadaire dépasse les -4%.

L’Euro-Stoxx50 dévisse de -2,6% à 3.627 tandis que le DAX40 lâche -2,2%.

A Wall Street, après un plongeon de -2% en 90 minutes jeudi soir, les indices US ouvrent sur un ‘gap’ à la baisse avec -1,7% sur le Dow Jones, -2% sur le S&P500 et -2,3% sur le Nasdaq qui tutoie les 11.500Pts (gare à la cassure)

La journée avait mal commencé en Europe (‘gap’ à la baisse du CAC, DAX, E-Stoxx50…) au lendemain pour l’une journée marquée par le fort recul des indices new-yorkais (-2,4% sur le S&P500, -1,9% sur le Dow Jones, -2,7% sur le Nasdaq) qui avait perdu pied jeudi soir à partir de 20H20 pour des raisons difficilement identifiables.

A l’inverse, le creusement des pertes à partir de 14H30 parait évidente à partir de la publication à 14H30 du ‘CPI’ américain qui s’envole de +1% (après une hausse de 0,3% en avril).

La hausse des prix à la consommation aux Etats-Unis s’avère beaucoup plus forte qu’anticipé (+0,7%) et ressort à +8,6% en rythme annuel (un précédemment à partir de décembre 1981, dans le sillage des loyers, billets pour l’avions, carburants…).

Le Département du Travail qui compile le ‘CPI’ précise qu’en caractéristique ‘core’ (hors énergie et produits alimentaires, deux catégories traditionnellement volatiles), l’inflation nord-américaine s’établit à +0,6% le mois dernier (soit +6% en rythme annuel), une progression là encore un peu supérieure au consensus de marché.

La réaction des marchés obligataires n’est pas très spectaculaire (les bons du Trésor avaient fortement baissé la veille) mais nos OAT alignent une 10ème séance consécutive de repli -c’est un ‘tunnel’ pour l’une durée exceptionnelle- ce qui propulse le rendement au-delà des 2% (à 2,01% après un nouveau record de 8 ans à 2,028%).

Les Bunds restent stables vers 1,433% mais les ‘BTP’ italiens rajoutent +3Pts à 3,743%: le ‘spread’ avec le Bund atteint +231Pts de base, du jamais vu à partir de 2013.

La tendance s’était dégradée jeudi à la continuité du conseil des gouverneurs de la BCE qui a très visiblement évoqué la possibilité pour l’une hausse de taux de 50 points de base dès le mois sept..

Les T-Bonds se montrent singulièrement insensibles aux chiffres de la journée puisqu’ils ne se dégradent que de +1Pt à 3,053% (mais le ‘2 ans’ prend 4Pts à 3,00%) tandis que le ‘CPI’ renforce la perspective pour l’une augmentation de 50 points de base des taux de l’institution lors de sa réunion de travail prévue la semaine prochaine (le 15).

La hausse du dollar s’accélère (+0,85% à 1,0530) après une hausse de +0,8% la veille : les cambistes avaient réagi dès hier aux propos de proches de Janet Yellen et de la Maison Blanche, qui pensent que les chiffres pour l’inflation vont demeurer durablement mauvais, tandis que le prix moyen des carburants a franchi le cap des cinq dollars le gallon (sept dollars en Californie) et pourraient prendre 20% cet été.

Dans l’actualité des sociétés françaises, les valeurs bancaires souffrent avec quasiment -5,5% sur le Crédit Agricole, -4,7% sur Sté Générale.

Atos (-5%) connaît une semaine cauchemardesque (-12%) tandis que les dissensions à la tête du groupe sèment le doute parmi les actionnaires.

Faurecia (-6%) se retrouve lanterne de couleur rouge du SBF120 et continue pour l’enchaîner des écarts spectaculaires (de 6 à 7% dans tous les sens) après l’annonce de son AK pour financer la reprise de Hella.

Saint-Gobain annonce un investissement pour l’environ 90 centaines de milliers de dollars canadiens dans son usine de plaques de plâtre située près de Montréal au Canada.

Orpea (-6% à 22,15E) inscrit un nouveau plancher: le groupe a déclaré vendredi avoir pris note des interrogations et propositions soulevées par un groupe pour l’investisseurs, sa direction plaidant pour la mise en place pour l’un dialogue ‘constructif’ avec l’ensemble des parties prenantes.

2CRSi gagne près de 5% après l’annonce pour l’un nouveau contrat attribué à 2CRSi Middle East par un nouveau prétendant en Éthiopie, spécialisé dans le déploiement informatique, ayant choisi ses produits et solutions pour déployer son projet de centre de données périphérique.

Pour finir, EDF indique que 93,3% des droits ont été exercés en faveur pour l’un paiement en actions nouvelles du solde du dividende au titre de 2021, à l’issue de la période pour l’option qui était ouverte du 20 mai au 7 juin inclus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.