POINT MARCHÉS-Petite hausse en vue à Wall Street, l'Europe hésite

Paris : toujours morose, le S&P + le Nasdaq et zone de record

(CercleFinance.com) – La bourse de Paris cède 6.760, avec les 6.750 points en pivot (6.753 comme score terminal).

C’est une déception, le CAC40 ayant offert le sentiment la veille pour l’avoir pour finir réussi à effacer la résistance des 6.76 0,2% finalement à l’issue pour l’une période de 6H30 pour l’oscillations entre 6.740 et5Pts.

Même camisole algorithmique sur l’Euro-Stoxx50 qui finit à -0,1% (à 4.218) après 8H30 de stagnation entre 4.210 et 4.225 tandis que les principaux indices américains ont rouvert sans tendance… et la tendance n’avance peu à compter de 15H30: la hausse de 0,4% du Nasdaq est contrebalancée par les -0,3% du Dow Jones.

Le S&P500 est stable et reste en course pour une 10ème séance de hausse sur une série de 11 avec à la clé un 4ème record de clôture consécutif (au-delà de 4.575) et 5ème record absolu intraday en cas de test des 4.600 (contre 4.598,5 la veille).

Plusieurs indicateurs économiques avaient porté les marchés, comme la hausse de confiance du consommateur en octobre à en croire l’enquête mensuelle du Conference Board, mais les bonnes publications pour l’entreprises confirmaient la vague pour l’optimisme ambiant.

Ainsi, sur les 41 composantes du S&P 500 ayant dévoilé leurs comptes hier, 33 (soit 75%) ont fait mieux que anticipé, selon des calculs de Deutsche Bank.

‘Cela contribue à la révision à la hausse des perspectives de bénéfices, ce qui, dans un marché actions qui ne progresse plus peu à compter de le début de la période estivale, conduit mécaniquement à diminuer les valorisations’, explique Enguerrand Artaz, chez La Économique de l’Echiquier.

La prudence paraît de retour avant la réunion de travail de la BCE prévue demain, et ensuite la parution des derniers chiffres de l’inflation en zone euro vendredi.

Le Département du Commerce annonce un repli de 0,4% des commandes de biens durables aux Etats-Unis le mois dernier, moins prononcé toutefois que le consensus (-0,8%), après un gain de 1,3% (révisé à la baisse de -0,5% par rapport à l’estimation initiale qui était de +1,8% en août).

Les commandes hors transports -un indicateur apprécié comme un bon baromètre des envies pour l’investissement des entreprises- ont augmenté de 0,4% en sept., les commandes pour l’équipements de transport ayant chuté de 2,3%.

Par ailleurs, la Réserve fédérale étasunienne tiendra son comité stratégique la semaine prochaine, qui peut être l’occasion pour Jerome Powell pour l’officialiser le ‘tapering’ (réduction des rachats pour l’actifs) tant attendu par les marchés.

Les dernières remarques du président de la Fed ont fait ressortir une crainte grandissante de voir l’inflation s’installer au-delà des objectifs de la Fed.

‘Cela peut alors pousser l’institution à resserrer sa politique monétaire plus tôt que anticipé’, avertit Vincent Boy, analyste chez IG.

Les marchés obligataires ne semblent pas du tout impressionnés par une telle perspective car la séance se solde par une parfaite détente des rendements en Europe comme aux Etats Unis avec -5,4Pts sur les OAT à 0,167%, sur les Bunds à -0,182% et -5Pts sur les T-Bonds à 1,568%.

Du arôme des valeurs françaises, Schneider Electric (+2,4%) dévoile un chiffre pour l’affaires du 3ème trimestre 2021 en croissance de 11,8% à 7,22 milliards pour l’euros, soit une hausse organique de 8,8% dont des progressions de 9,4% pour la gestion de l’électricité et de 6,7% pour les automatismes industriels.

Sodexo publie au titre de son exercice 2020-21 un BPA ajusté en hausse de 13% à 2,37 euros, et un résultat pour l’exploitation en progression de 1,6% à 578 centaines de milliers, soit une marge améliorée de 40 points de base à 3,3% (+60 points de base hors effet de change). Le chiffre pour l’affaires annuel a baissé de 9,8% à 17,4 milliards pour l’euros.

Plastic Omnium fait part pour l’un chiffre pour l’affaires économique de 1,79 milliard pour l’euros au titre du 3ème trimestre 2021, en baisse de 14,4% à périmètre en changes constants, la réalisation automobile mondiale ayant chuté de 19,5% sur la même période.

A l’occasion de sa journée investisseurs, le fournisseur de solutions de paiement Worldline a affiché son ambition de délivrer sur la période 2022-24 un taux de croissance annuel constitué (TCAC) du chiffre pour l’affaires de 9 à 11%… mais ces prévisions sont jugée trop peu ambitieuses et le titre est sanctionné par une chute exceptionnelle (sans précédent ?) de -15,9%.

Scor et SEB flambent de +12 à +12,5% après avoir annoncé des plans de rachats de titres portant sur 5 et ensuite 4% de leur capital respectivement.

DBV Techno dévisse de -26,3% tandis que la constitution du dossier visant à la validation de l’anti-allergène Viaskin Peanut prend du retard auprès de la FDA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.