Une semaine de Bourse  Semaine morose

Une semaine de Bourse – Les places boursières font grise mine

(AOF) – Les marchés actions européens ont fini en parfaite baisse, affaiblis par la perspective du resserrement de la politique monétaire de la Fed. Cette décision est encore plus crainte que l’économie nord-américaine donne des signes d’essoufflement. L’indice CAC 40 a terminé en repli de 1,75% à 7 068,59 points, portant ses pertes à 1% à compter de lundi. L’EuroStoxx50 a perdu 1,79% à 4 222,44 points. La tendance baissière était plus prononcée sur les marchés américains, avec un Dow Jones en repli de plus de 3,3% à compter de lundi.

Les marchés anticipent dorénavant 4 hausses de taux de la Fed en 2022, dont une dès mars. La Banque centrale nord-américaine peut ainsi signaler, dès mercredi prochain, une accélération de la normalisation de sa politique monétaire.

Or, les dernières statistiques américaines n’ont cessé de décevoir. 286 000 inscriptions au chômage ont été enregistrées lors de la semaine du 15 janvier, bien supérieur au consensus Reuters de 220 000 et au niveau de la semaine précédente : 231 000.

En dépit de ces anticipations, les rendements retombent, les obligations pour l’Etat retrouvant leur rôle de valeur refuge. Celui du 10 ans américain perd ainsi près de 5 points de base à 1,76% après avoir frôlé 1,90% mercredi. Le rendement de son équivalent allemand termine la semaine de retour en territoire négatif pour l’où il était sorti brièvement mercredi. Ce recul des taux longs entraine un net repli des valeurs financières.

Dans ce contexte, l’annonce par Netflix – premier grand nom du domaine technologique à présenter ses comptes trimestriels – pour l’un nombre pour l’abonnés et de perspectives décevants a contribué au marasme ambiant. L’action du roi du streaming dévisse de plus de 20% au moment de la clôture en Europe.

Sur la semaine, le domaine du luxe s’est distingué grâce aux bons résultats de Richemont et de Burberry. Hermès et LVMH ont progressé de plus de 3% sur la semaine.

Outre les financières – repli de plus de 6% pour BNP Paribas à compter de lundi – les valeurs technologiques ont continué pour l’être délaissées. STMicroelectronics a ainsi perdu plus de 5%.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.