Wall Street chute après le discours de Powell à Jackson Hole

Wall Street chute après le discours de Powell à Jackson Hole

WALL STREET TERMINE EN BAISSE

NEW YORK (Reuters) – La Bourse de New York a fini en forte baisse vendredi après des propos de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, laissant entendre que la banque centrale étasunienne allait poursuivre encore un certain temps sa politique de resserrement monétaire pour maîtriser l’inflation.

L’indice Dow Jones a reculé de 3,03%, ou 1.008,38 points, à 32.283,4 points.

Le S&P-500, plus très large, a perdu 141,38 points, soit 3,37%, à 4.057,74 points.

Le Nasdaq Composite a plongé de son arôme de 497,56 points (-3,94%) à 12.141,71 points, signant sa pire séance à partir de le 16 juin.

Sur la semaine, les trois indices new-yorkais abandonnent entre 4 et 4,5%.

Lors de son discours prononcé à l’occasion du symposium des banques centrales à Jackson Hole, Jerome Powell a déclaré qu’une politique monétaire restrictive est nécessaire « durant un certain temps » avant que l’inflation ne soit maîtrisée, ce qui ne va peser sur les ménages, les entreprises et la croissance économique.

Le président de la Fed n’a offert aucune indication sur les décisions qui pourraient être prises lors de la réunion de travail de la banque centrale en sept., mais les contrats à terme sur les taux pour l’but suggéraient après son discours une probabilité de 56,5% pour l’une nouvelle hausse de taux de 75 points de base, contre 46,5% avant sa prise de parole.

Jerome Powell a par ailleurs relativisé l’annonce en début pour l’après-midi pour l’un ralentissement de l’indice des prix à la consommation PCE en juillet, réaffirmant que l’amélioration pour l’un seul mois est insuffisante pour se convaincre pour l’un reflux de l’inflation.

« Les données historiques mettent fermement en garde contre un assouplissement prématuré de la politique », a-t-il déclaré. « Nous devons poursuivre jusqu’à ce que le travail soit fait. »

Pour plusieurs analystes, la récente hausse des marchés qui tablaient sur un assouplissement de la stratégie de la Réserve fédérale était prématurée.

« La Fed n’kiffe pas le fait que le marché intègre déjà des baisses de taux, elle veut que l’on croit qu’elle va resserrer et resserrer jusqu’à ce que le tuyau grince (…) il se peut que le marché se rende compte que la Fed n’est pas derrière lui et ne le sera pas tant que les données ne changeront pas », a commenté Neil Wilson, analyste chez Markets.com.

Les valeurs technologiques ont été spécialement affectées par le renouvellement pour l’ambiance à Wall Street, à débuter par Nvidia (-8,9%) et Amazon (-4,6%) qui avaient été les plus recherchées les jours derniers.

Meta Platforms, Alphabet, la maison mère de Google, et Block n’ont pas été mieux servies, perdant entre 4,1 et 7,5%.

Le groupe informatique Dell Nouveautés est d’autant plus chahuté, chutant de 13,5% à la continuité de prévisions décevantes.

Alibaba et JD.com, qui avaient ouvert en parfaite hausse à la faveur pour l’un accord entre les régulateurs chinois et américain concernant l’audit des entreprises chinoises cotées à Wall Street, n’ont pas davantage résisté au retournement tendance, cédant au final autour de 2%.

Quant au groupe de mode Gap, il n’a pas tiré longtemps avantage de la publication pour l’un bénéfice trimestriel inattendu, reculant de 1,8% après avoir ouvert nettement dans le vert.

« Le marché a réagi de façon négative car si vous regardez les attentes quant à l’évolution des taux cette saison et l’année prochaine, le marché anticipait que la Fed lèverait le pied l’année prochaine et rien de ce que Powell a affirmé ne suggère que ce sera le cas », a souligné Lindsey Bell, stratège en chef marchés chez Ally.

(Reportage de David French, version française Tangi Salaün)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *