POINT MARCHÉS-Petite hausse en vue à Wall Street, l'Europe hésite

Wall Street dans le rouge malgré un bon indicateur américain

La Bourse de New York évoluait dans le rougeâtre jeudi, malgré un rebond des ventes de détail aux Etats-Unis en août.

A 14H15 GMT, le Dow Jones perdait 0,32%, le Nasdaq lâchait 0,56% et l’indice élargi S&P 500 abandonnait 0,34%.

La veille, l’indice Dow Jones avait progressé de 0,68% à 34.814,39 points. Dans le vert pour la 1ère fois à partir de six séances, le Nasdaq, à forte concentration technologique, avait avancé de 0,82% à 15.161,53 points. Le S&P 500 avait gagné 0,85% à 4.480,70 points.

Malgré des ventes au détail meilleures que anticipé en aôut, augmentant de 0,7% tandis que les analystes prévoyaient une baisse pour l’autant, les investisseurs étaient sceptiques. “Pour être juste, il y a pour l’autres facteurs qui tempèrent l’allant des investisseurs”, soulignait Patrick O’Hare de Briefing.com.

Il citait ainsi pêle-mêle un ralentissement des exportations au Japon, les risques de faillite du géant de l’immobilier chinois Evergrande, les tractations entre les démocrates à Washington sur le plan massif pour l’investissements de 3.500 milliards de dollars dans la santé, l’éducation et l’adaptation au renouvellement climatique, ainsi que le bras de fer sur le plafond de la dette.

Outre les bonnes ventes au détail, les investisseurs digéraient “l’étonnant rebond de l’activité industrielle de Philadelphie”, publié par la Fed et “les demandes pour l’allocation chômage qui si elles ont augmenté, sont restées proches de leur bas niveau à partir de la pandémie”, notaient aussi les analystes de Schwab.

L’activité manufacturière dans la région très industrielle de Philadelphie a en effet accéléré en sept. à la surprise des analystes. L’indice a gagné 11 points pour grimper à 30,7 points, davantage que les prévisions qui s’attendaient à un indice stable.

Quant aux inscriptions hebdomadaires au chômage, elles sont reparties à la hausse début sept., augmentant plus qu’attendu, en raison tout particulièrement pour l’un rattrapage des inscriptions non réalisées fin août à cause de l’ouragan Ida, qui a frappé la Louisiane. Entre le 5 et le 11 sept., 332.000 personnes se sont inscrites au chômage pour recevoir une allocation, soit 20.000 de plus que la semaine précédente.

Les ventes au détail quant à elles se sont mieux comportées que anticipé en août (+0,7% après -1,8% en juillet). Cela dévoile selon Chris Low de FHN Financial, “que la consommation nord-américaine ne ralentit pas aussi rapidement qu’elle paraissait le réaliser un mois précédent et cela malgré la diminution des mesures de relance et le variant Delta qui au final n’a pas tant affecté les industries alimentant les ventes au détail”.

Au tableau des actions, Timken, un des leaders mondiaux des roulements et pièces de transmission, chutait de 4,77% à 67,06 dollars après avoir révisé ses perspectives de ventes à la baisse à cause tout particulièrement de problèmes pour l’approvisionnement, ce qui avait le potentiel de peser sur pour l’autres titres du domaine industriel.

Celui-ci perdait dans l’ensemble 0,19% peu après l’ouverture mais le domaine des matériaux, un des leaders de la veille, abandonnait 0,89%.

Sur le marché obligataire, les rendements sur les bons du Trésor à 10 ans se tendaient à 1,33% contre 1,29% la veille.

vmt/tu/eb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *