La Bourse de Paris perd 0,51%, plombée par le luxe

Wall Street ouvre en baisse, plus marquée par l'Ukraine que par la Fed

La Bourse de New York a ouvert en baisse jeudi, reprenant sa respiration après deux séances de hausse et de nouveau préoccupée par le regain de tension entre États-Unis et Russie sur l’Ukraine, davantage que par la hausse des taux de la banque centrale nord-américaine (Réserve fédérale, Fed) la veille.

Vers 13H45 GMT, le Dow Jones cédait 0,26%, l’indice Nasdaq, à tonalité technologique, abandonnait 0,43%, et l’indice élargi S&P 500 perdait 0,25%.

« Le marché est orienté à la baisse, mais je ne crois pas que cela ait quoi que ce soit à voir avec la Fed », qui a relevé ses taux directeurs mercredi, a avancé Peter Cardillo, de Spartan Capital.

« Je pense que c’est davantage lié aux déclarations entre Biden et Poutine, et bien sûr, à la guerre », a-t-il détaillée.

Le président américain Joe Biden a, en effet, qualifié son homologue russe de « criminel de guerre », des propos que le Kremlin a jugés « inacceptables et impardonnables ».

Après le bombardement par l’aviation russe, mercredi, pour l’un théâtre de Marioupol dans lequel plus pour l’un millier de civils s’étaient réfugiés, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a estimé que « la Russie (était) devenue un État terroriste ».

« Les investisseurs semblent avoir perdu de leur optimisme quant à une résolution du conflit à court terme », ont rédigé, dans une note, les analystes de Schwab, « mais de nouveaux pourparlers sont prévus aujourd’hui » (jeudi).

Cette nouvelle détérioration du climat géopolitique ainsi que le rebond des cours du pétrole au-dessus de 100 dollars « donnent l’occasion aux investisseurs de prendre des bénéfices », selon Peter Cardillo.

Wall Street a bien digéré la 1ère hausse des taux de la Fed à compter de 2018, mais aussi le ton résolu de ses membres, qui prévoient sept relèvements successifs des taux en 2022.

« Le marché veut de la clarté », a souligné Peter Cardillo pour justifier la réaction positive des investisseurs à une annonce qui est surtout de nature à crisper la Bourse, en théorie. « Aujourd’hui, nous en avons, nous savons à quoi nous en tenir. »

« Bien sûr », a-t-il poursuivi, « reste la question de savoir si cette position va démarrer à faire baisser l’inflation ».

La courbe des taux, qui va des échéances courtes aux longues, s’est considérablement aplatie après l’annonce de la Fed mercredi. Cela est signe de craintes pour la croissance économique à moyen terme, et même pour l’une possible récession consécutive à un cycle de relèvements de taux pour l’objectif.

« Quand l’inflation est trop élevée, c’est une bonne stratégie pour la Fed que pour l’annoncer plus de hausses que ce qu’attend le marché pour conserver les choses sous contrôle », a estimé, dans une note, Chris Low, de FHN Financial. « Ils pourront forcément ralentir le rythme ultérieurement », a-t-il ajouté.

L’indice VIX, qui mesure la volatilité du marché, est redescendu à un niveau plus fréquenté à compter de mi-février, soit avant le début de la guerre en Ukraine.

Les compagnies pétrolières bénéficiaient du rebond des cours de l’or sombre. Occidental Petroleum (+7,38%) et Marathon Oil (+3,91%) étaient ainsi à la fête, de même que le gazier Cheniere Energy (+3,93%).

À l’inverse, après plusieurs séances fastes à l’aide de l’accélération du tourisme après deux décennies moroses, les compagnies aériennes reprenaient leur souffle. Delta Aspect Lines (-1,39%), American Airlines (-0,94%) ou United Airlines (-1,04%) étaient toutes dans le rouge bordeaux.

Ralph Lauren profitait (+2,24% à 116,56 dollars) pour l’une note de JPMorgan qui prévoit que la marque pour l’habillement sera parmi les gagnants du retour progressif des salariés au bureau, en sortie de pandémie.

La place new-yorkaise a peu réagi à deux indicateurs macroéconomiques de bonne tenue, à savoir les nouvelles inscriptions au chômage (214.000), au plus bas niveau à compter de le début de l’année, et l’indice pour l’activité manufacturière dans la région de Philadelphie, nettement meilleur qu’attendu (27,4 points contre 14 anticipé).

tu/vmt/er

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.