CAC40 : encore en repli de -0,4% pour ces '3 sorcières'

Analyse AOF pré-ouverture Wall Street – Les marchés dans le vert dans l'attente de la Fed

(AOF) – Wall Street est demandée en hausse, soutenue par des résultats de sociétés, tout particulièrement du domaine technologique américain tels Microsoft et Alphabet. Les projecteurs seront ce soir une nouvelle fois braqués sur la Réserve fédérale nord-américaine qui resserrera sa politique monétaire pour contrer une inflation record. Elle devrait relever encore de 75 points de base le taux des fonds fédéraux pour les porter entre 2,25% et 2,5%. A quelques minutes des premiers échanges, les futures sur le S&P 500 et le Nasdaq gagnent respectivement 0,94% et 1,53%.


Hier à Wall Street

Les marchés américains ont qualifié leurs pertes en seconde partie de séance, affaiblis par le domaine de la distribution. Walmart a en effet lancé un avertissement sur ses résultats. Ce profit warning illustre les difficultés du consommateur américain confronté à une inflation élevée. Mais les résultats de société ont aussi réservé leur lot de bonnes surprises : Coca-Cola, UPS… Les données économiques de la journée ont pour leur part déçu, tout particulièrement la confiance des consommateurs en juillet. Le Dow Jones a perdu 0,71% à 31 761,64 points et le Nasdaq Composite, 1,87% à 11 562,57 points.


Les chiffres macroéconomiques

Les commandes de biens durables ont augmenté de 1,9 % en juin aux Etats-Unis, contre -0,5% attendu et +0,8% en mai. Elles ont aussi progressé de 0,3% hors transports contre +0,2 % attendu et +0,5% en mai.

Les promesses de ventes de logements en juin seront connues à 16 heures et la décision de politique monétaire de la Fed à 20 heures.


Les valeurs à suivre


Alphabet

Alphabet, société-mère de Google, a dévoilé hier des profits plus faibles que anticipé. Au seconde trimestre, le géant de l’Internet a enregistré un bénéfice net de 16 milliards de dollars, soit 1,21 dollar par action, à confronter avec un bénéfice net de 18,52 milliards de dollars, soit 1,36 dollar par action, un an plus tôt. Le consensus était plus optimiste à 1,32 dollar. Le résultat opérationnel est passé en un an de 19,36 milliards à 19,45 milliards de dollars.


Boeing

Boeing a enregistré au seconde trimestre une chute de 72% de son bénéfice net à 160 centaines de milliers de dollars, soit 32 cents par action. En données ajustées, le constructeur aéronautique a essuyé une perte de 37 cents tandis que le marché anticipait une perte par action de seulement 13 cents. Les revenus ont reculé de 2% à 16,68 milliards de dollars tandis que Wall Street visait 17,57 milliards de dollars.


Microsoft

Si Microsoft a dévoilé des profits décevants, il a rassuré les investisseurs à l’aide de ses perspectives. Au 4ème trimestre, clos fin juin, le géant de l’informatique a vu son bénéfice net augmenter de 2% à 16,7 milliards de dollars, soit 2,23 dollars par action. Le consensus s’élevait à 2,29 dollars. Le chiffre pour l’affaires a atteint pour sa part 51,86 milliards de dollars, en hausse de 12% (+16% à taux de change constants) sur un an, tandis que les analystes attendaient 52,38 milliards de dollars.


Mondelēz International

La multinationale agroalimentaire nord-américaine Mondelēz International a publié des revenus nets en hausse de 9,5% 7,27 milliards de dollars, obtenus tout particulièrement à l’aide de une croissance organique de 13,1%. Le BPA ajusté s’est élevé à 67 cents, soit une hausse de 9,1% à taux de change constant. Le consensus FactSet prévoyait un bénéfice ajusté de 64 cents par action sur un chiffre pour l’affaires de 6,8 milliards de dollars.


PayPal

L’investisseur activiste Elliott Management détient une participation dans PayPal, affirme le Wall Street Journal en citant des sources proches du dossier. Sa taille et les intentions pour l’Elliott Management ne sont pas connues.  » PayPal dispose pour l’environ 8 milliards de dollars de liquidités et pour l’investissements à court terme et n’est pas beaucoup endetté ; les activistes sont souvent attirés par les entreprises qui, selon eux, pourraient allouer leur capital de façon plus agressive « , accentue le quotidien des affaires.


Spotify

Spotify a dévoilé des performances financières contrastées entre un chiffre pour l’affaires du seconde trimestre supérieur aux attentes de 2,91 milliards pour l’euros et une perte parfaite de 125 centaines de milliers pour l’euros soit 85 cents par titre, contre 20 centaines de milliers pour l’euros un an avant. Le free cash flow a atteint 37 centaines de milliers, contre 34 centaines de milliers. Le géant suédois a affiché une hausse plus forte qu’attendu du nombre de ses abonnés payants (+ 14% à 188 centaines de milliers pour 433 centaines de milliers pour l’utilisateurs au total) tout en creusant sa perte parfaite en raison de la hausse de ses coûts.


Texas Instruments

Texas Instruments a dévoilé des résultats et des prévisions plus favorables que anticipé. Au seconde trimestre, le fabricant de semi-conducteurs a vu son bénéfice net bondir de 19% à 2,29 milliards de dollars, soit 2,45 dollars par action. Ce dernier a nettement dépassé le consensus s’élevant à 2,13 dollars. Texas Instruments a bénéficié du dynamisme de ses ventes : +14% à 5,21 milliards de dollars. Le marché était moins optimiste et visait 4,65 milliards de dollars.


Visa

Le spécialiste des moyens de paiement Visa a présenté des comptes trimestriels moins dégradés que anticipé. Au 3ème trimestre, clos fin juin, son bénéfice net a bondi de 32% à 3,4 milliards de dollars, soit 1,60 dollar par action. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action est ressorti à 1,98 dollars, dépassant le consensus s’élevant à 1,75 dollar. Ses revenus ont reculé de 19% à 7,3 milliards de dollars, ressortant au dessus du consensus de 7,08 milliards de dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.