CAC 40 : la prudence domine avant l'emploi américain

CAC 40 : le variant sud-africain vient perturber Black Friday

Le Palais Brongniart, ancien siège de la Bourse de Paris. (crédit photo : L. Grassin)

(CercleFinance.com) – La Bourse de Paris devrait ouvrir dans le rouge bordeaux vendredi matin, alourdie par les craintes pour l’une nouvelle aggravation de l’épidémie de Covid avec manifestation en Afrique du Sud pour l’un variant jugé spécialement préoccupant.

Vers 8h15, le contrat ‘future’ sur l’indice CAC 40 – livraison décembre – décroche de 214 points, à 6856,5 points, annonçant une correction de plus de 2% à l’ouverture.

Des chercheurs sud-africains ont annoncé cette semaine avoir découvert une nouvelle mutation du coronavirus, pour l’instant baptisée ‘B.1.1.529’ mais que l’OMS peut bientôt dénommer ‘À bâtir’.

‘Cette souche est apparemment à la base de la récente flambée des cas pour l’infection en Afrique du Sud’, expliquent ce matin les analyste de Commerzbank.

‘Alors qu’il partait de niveaux très faibles, le taux pour l’incidence à sept jours y est très rapidement passé à 40’, font-ils valoir.

‘A Hong Kong, un premier cas de contamination à ce variant est détecté chez une personne en provenance pour l’Afrique du Sud’, apporte Commerzbank.

Conséquence en Europe, le Royaume-Uni a annoncé hier qu’il avait décidé de suspendre les liaisons avec l’Afrique du Sud et cinq autres pays pour l’Afrique Australe en raison des craintes que procure la découverte de cette nouvelle souche du virus.

Signe de l’inquiétude sur les marchés, les grands indices asiatiques ont tous fini sur de lourdes pertes la séance de vendredi. A Tokyo, le Nikkei décrochait de plus de 2,5% en fin de journée tandis qu’à Honk Kong, le Hang Seng lâchait environ 2,3%.

Les informations inquiétantes en provenance pour l’Afrique du Sud – qui viennent rappeler aux marchés financiers que l’épidémie de Covid n’est pas encore terminée – pourraient venir gâcher les célébrations de Afros ou blacks Friday, la journée promotionnelle qui lance la période clé des achats de fin pour l’année.

Fermée hier pour la fête de Thanksgiving, Wall Street est demandée en forte baisse vendredi pour une séance écourtée.

Dans ce contexte, l’or – valeur refuge par excellence – s’adjuge 1% à 1.801,80 dollars l’once, illustrant la soudaine aversion au risque des opérateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *