Une semaine de Bourse  Semaine morose

CAC40 : réduit un peu ses pertes mais repli de -4,8% hebdo

(CercleFinance.com) – La lourdeur s’accroit sur les places européennes tandis que Wall Street prolonge le ‘sell off’ de la veille, pour l’une entame de séance en ‘gap’ baissier (le Nasdaq décroche de -1,7% vers 12.100, le S&P500 perd -1,1%).

Les espoirs pour l’un sursaut salvateur de dernière minute avec la publication du ‘NFP’ américain s’évanouissent… et les pertes se creusent.

La bourse de Paris cède -2%, autour des 6.240 points, l’Euro-Stoxx50 chute de -2,3% vers 3.610, au lendemain pour l’une journée marquée par le plongeon des indices américains de -4% en moyenne.

Sur les marchés obligataires, le constat est le même avec des T-Bonds inchangés qui se tendent de +5Pts vers 3,115%. Nos OAT -loin de servir de refuges face à la chute du CAC40- voient leur rendement flamber de +10Pts à 1,664%, nouveau record 2022, les Bunds affichent le même écart à 1,104% (autre record).

Le ’10 ans’ américain est rapidement remonté hier et campe ce vendredi au-dessus du cap psychologique des 3% tandis que le baril de pétrole grimpe de +1,3% vers 112,4$ à Londres.

Outre les décisions de la Fed – qui a affirmé qu’elle n’irait pas au-delà de hausses de taux pour l’un demi-point, quel que soit le contexte inflationniste – la Banque pour l’Angleterre a de son arôme officialisé hier un relèvement de son principal taux directeur, de 0,75% à 1%, visant à faire face à l’inflation galopante dans le pays.

L’évolution de l’inflation et l’amplitude des hausses de taux devraient par conséquent poursuivre à constituer le principal point pour l’attention des investisseurs pendant les semaines qui viennent.

‘Ces deux variables restent clés dans la motivation des politiques monétaires et vont poursuivre de dicter la tendance pour les marchés actions’, prévient Gilles Guibout, le responsable des actions européennes chez AXA IM.

Les chiffres mensuels de l’emploi aux Etats-Unis sont globalement conformes aux attentes avec +428.000 conceptions tandis que les économistes attendaient 400.000 conceptions pour l’emploi en avril.

Le Département américain du Travail révise à la baisse de -3.000 les chiffres de mars et de -36.000 ceux de février à 714.000.

Le taux de chômage a cessé de refluer, il se stabilise à 3,6% mais le taux de population active recule de 62,4 à 62,3%.

Le paye horaire progresse de +0,3% (à 31,85$) mais le nombre pour l’heures travaillées est resté stable à 34,6/semaine.

Avec une économie us maintenant près du plein-emploi, les pressions salariales restent fortes et pourraient même s’intensifier si les les postes vacants ne sont pas pourvus.

Le Dollar perd un peu de terrain, il recule de -0,3% face à l’Euro, vers 1,0580.

Dans l’actualité des sociétés françaises, Scor affiche une perte parfaite de 80 centaines de milliers pour l’euros au titre du premier trimestre 2022, à confronter à un résultat net de 45 centaines de milliers un an auparavant, pour des primes brutes émises de 4,71 milliards, en hausse de 14,3% (+9,7% à taux de change constants).

De son arôme, le groupe TF1 a annoncé le renouvellement de son partenariat avec la team de France de football jusqu’à la coupe des gens 2022 au Qatar, ainsi que l’acquisition des plus plaisantes affiches en clair de l’UEFA Euro 2024, dont TF1 sera diffuseur officiel en clair.

Stellantis gagne près de 3,5% après l’annonce de ses chiffres du 1er trimestre 2022 qui suscitent plusieurs recommandations positives.

UBS pense que le chiffre pour l’affaires est supérieur aux prévisions grâce au prix-mix et confirme son conseil à l’achat sur la valeur et son objectif de cours de 25 E.

Stifel réitère sa recommandation ‘achat’ sur Stellantis avec un objectif de cours réduit de 29,5 à 28 euros, après une ‘performance robuste de revenus au premier trimestre (+12%), témoignage de la discipline de prix-mix en cours’.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.