POINT MARCHÉS-Nouveau repli en Europe, les investisseurs fuient toujours le risque

La Bourse de Paris attendue dans le rouge

La Bourse de Paris devrait demeurer aux aguets mercredi le temps pour l’examiner une nouvelle vague de résultats trimestriels de plusieurs grandes multinationales.

Le contrat à terme de l’indice vedette CAC 40 baissait de 0,36% une quarantaine de minutes avant l’ouverture de la séance après avoir terminé à l’équilibre la veille (-0,05%) et en recul de 0,81% lundi.

La Bourse de New York a conclu en hausse mardi à l’issue pour l’une séance soutenue par les solides résultats pour l’entreprises au 3ème trimestre.

“Les bénéfices américains continuent pour l’être très bons, avec très peu de prévisions pessimistes pour 2022. Des progrès semblent être accomplis, du moins chez les démocrates, en ce qui concerne le double projet de milliards de dollars du président Biden”, qui peine à être adopté par le Congrès, énumère Jeffrey Halley, analyste chez Oanda.

Mais la hausse des prix de l’électricité et des matières premières, ainsi que les difficultés persistantes de la chaîne pour l’approvisionnement dans le univers, restent des facteurs de risque.

Ainsi, “il est probable que les résultats trimestriels aujourd’hui ravivent les préoccupations des investisseurs à propos des difficultés persistantes sur les chaînes pour l’approvisionnement”, rédigé Christopher Dembik, le directeur stratégie et macroéconomie chez Saxo Banque.

Aux Etats-Unis, ASML et Lam Research, qui fabriquent des composants essentiels pour le segment stratégique des semi-conducteurs, qui fait face à des pénuries importantes à compter de plusieurs mois, doivent publier leurs résultats et aussi communiquer à propos de leurs prévisions, précise l’expert.

Il y aura aussi les publications trimestrielles du groupe informatique IBM et Tesla. En France, Carrefour et Atos communiqueront après la clôture du marché parisien.

L’inflation devrait poursuivre à faire parler pour l’elle avec l’indice des prix à la consommation en zone euro. Celle du Royaume-Uni a ralenti sur un an à 3,1% en sept..

Valeurs à suivre

Kering : le groupe haut de gamme a engrangé plus de 4 milliards pour l’euros de ventes au 3ème trimestre, soit 10% de plus qu’en 2019, mais la résurgence de cas de Covid-19 en Asie-Pacifique a pénalisé sa marque phare Gucci.

Vinci: le groupe a annoncé un chiffre pour l’affaires pour le 3ème trimestre supérieur à celui réalisé sur la même période avant la crise sanitaire, porté par ses filières énergie et construction.

TotalEnergies: le groupe avait connaissance des conséquences néfastes de ses activités pour le climat dès 1971 mais a entretenu le doute à la fin des décennies 1980 et cherché ensuite à contrecarrer les efforts pour limiter le recours à ces énergies fossiles, selon un article rationnelle paru mercredi.

Sartorius Stedim Biotech (SSB): le fournisseur de matériels pour le domaine biopharmaceutique affiche des résultats en parfaite hausse sur les neuf premiers mois de l’année, dopés par la demande pour ses produits en raison tout particulièrement de la pandémie.

Stef: le spécialiste de la logistique du froid, a annoncé la reprise à son homologue allemand Nagel-Group de l’société britannique Langdon Group, qui va lui permettre de s’implanter au Royaume-Uni.

pan/ico/spi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.