Prudence à Wall Street, petit repli en Europe en attendant Powell

LES BOURSES EUROPÉENNES RECULENT À MI-SÉANCELES BOURSES EUROPÉENNES RECULENT À MI-SÉANCE

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) – Wall Street devrait ouvrir sans tendance évidente tandis que les Bourses européennes reculent à mi-séance mercredi, à quelques heures de l’audition au Congrès de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale et après des chiffres sur l’inflation aux Etats-Unis et au Royaume-Uni qui ont ravivé les craintes pour l’un resserrement prématuré des politiques monétaires.

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture pratiquement inchangée pour le Dow Jones et le Standard & Poor’s 500 mais le Nasdaq est offert en hausse de 0,33%.

Tous trois ont cédé un petit peu plus de 0,3% mardi au lendemain des records inscrits par le S&P-500 et le Nasdaq.

À Paris, le CAC 40 perd 0,2% à 6.545,43 points vers 10h45 GMT. A Londres, le FTSE 100 recule de 0,57% et à Francfort, le Dax abandonne 0,15%.

L’indice EuroStoxx 50 est en baisse de 0,09%, le FTSEurofirst 300 de 0,27% et le Stoxx 600 de 0,27%.

Jerome Powell doit être entendu à partir de 16h00 GMT par la commission des Services financiers de la Chambre des représentants à Washington à l’occasion de la publication du rapport semestriel de la Fed. Il devrait tout particulièrement s’manifester sur le risque inflationniste au lendemain de l’annonce pour l’une hausse des prix à la consommation de 5,4% sur un an le mois dernier, du jamais vu à partir de 13 ans.

Au Royaume-Uni, l’inflation est au un peu avant à partir de 2018, à 2,5% en rythme annuel.

Ces chiffres alimentent naturellement les spéculations sur le risque de voir les banques centrales resserrer leur politique monétaire plus tôt qu’anticipé, quand bien même la poussée inflationniste existante reste considérée comme transitoire.

“Elle est due pour une bonne part aux prix des voitures et utilitaires pour l’occasion et cela ne devrait pas durer très longtemps, mais cela note quand même les craintes pour l’une inflation plus rapide que ne le souhaite la Fed”, explique Neil Wilson, analyste de Markets.com.

En attendant Jerome Powell, une nouvelle série de résultats américains pourraient animer le début de séance à Wall Street, tout particulièrement ceux de Bank of America, Citigroup et Delta Aspect Lines.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

VALEURS EN EUROPE

En Europe, les craintes liées à la propagation du variant Delta du coronavirus pèsent une nouvelle fois sur la tendance, avec pour premières victimes les valeurs des transport et du tourisme: leur indice Stoxx de référence perd 1,11%, le tour-opérateur allemand TUI 6,2%, la compagnie aérienne EasyJet 3,46%.

A l’opposé, la remontée des rendements obligataires déclenchée par les chiffres de l’inflation favorise les bancaires (+0,77%).

TAUX

Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans rétrocède un petit peu plus pour l’un point de base à 1,3946% après en avoir pris près de cinq mardi en réaction aux chiffres des prix à la consommation aux Etats-Unis et à la faible demande suscitée par une adjudication à 30 ans.

En Europe, celui du Bund allemand à dix ans, référence pour la zone euro, est pratiquement inchangé à -0,294% après être monté en début de journée à -0,273%, son un peu avant niveau à partir de une semaine.

CHANGES Le dollar marque le pas face aux autres grandes devises (-0,11%) avant l’audition de Jerome Powell et après sa forte hausse de la veille (+0,53%), sa meilleure performance sur une séance à partir de près pour l’un mois.

L’euro remonte ainsi autour de 1,1780 dollar alors qu’il était tombé mardi à 1,1770, au plus bas à partir de le 5 avril.

La bouqin sterling, elle, profite de l’accélération de la hausse des prix au Royaume-Uni face au billet vert (+0,45%) comme face à la monnaie unique (+0,25%).

PÉTROLE

Le prix du baril recule après l’annonce pour l’une baisse des importations chinoises au premier semestre (-3%, leur 1ère contraction à partir de 2013), quand bien même l’anticipation pour l’une nouvelle baisse des stocks aux Etats-Unis assure un soutien au marché.

Le Brent abandonne 0,55% à 76,07 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,53% à 74,85 dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *