Prudence sur les actions, baisse des matières premières

Prudence sur les actions, baisse des matières premières

LES BOURSES EUROPÉENNES ÉVOLUENT EN ORDRE DISPERSÉ À MI-SÉANCE

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) – Wall Street est demandée près de l’équilibre mercredi tandis que les Bourses européennes évoluent en ordre dispersé à mi-séance, dans un contexte marqué à la fois par la baisse des cours du pétrole, des tensions persistantes liées à l’inflation et l’optimisme suscité par les résultats de sociétés malgré quelques déceptions.

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture quasi inchangée pour le Dow Jones comme pour le Standard & Poor’s 500 et le Nasdaq.

Le S&P 500 a fini en hausse pour la cinquième séance consécutive mardi avec un gain de 0,74% qui l’a ramené à moins de 0,6% de son record du 2 sept., un niveau susceptible pour l’inciter une section des investisseurs à la prudence.

À Paris, le CAC 40 perd 0,06% à 6.665,93. points vers 11h00 GMT. A Londres, le FTSE 100 est pratiquement stable alors qu’à Francfort, le Dax avance de 0,11%.

L’indice EuroStoxx 50 est en hausse de 0,05% tandis le FTSEurofirst 300 comme le Stoxx 600 progressent de 0,14%.

Après plusieurs semaines dominées par l’envolée des prix de l’électricité et les craintes de voir l’inflation contraindre les grandes banques centrales à durcir prématurément leur politique, les investisseurs donnent dorénavant la priorité aux publications de résultats, à l’affût de signes sur l’impact de la hausse des coûts et des tensions dans les chaînes pour l’approvisionnement.

Le marché table sur un rebond de 47,6% des bénéfices du Stoxx 600 au 3ème trimestre selon les derniers chiffres Refinitiv-IBES.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

La séance à Wall Street sera animée notamment par les résultats de Verizon et Netflix, en attendant ceux pour l’IBM et Tesla après la clôture.

VALEURS EN EUROPE

En Europe, la tendance boursière est freinée avant tout par le domaine des matières premières, dont l’indice Stoxx recule de 1,67% avec la baisse des cours de la majorité des métaux de base (-3,19% pour le cuivre, -1,69% pour l’aluminium).

Parmi les grands groupes miniers, Antofagasta perd 2,64%, Rio Tinto 3,44% et BHP 1,25%.

Dans l’actualité des résultats, Kering accuse le coup des ventes décevantes de sa marque phare Gucci au 3ème trimestre: le titre cède 3,84%, la plus forte baisse du CAC 40.

Autre publication sanctionnée: celle pour l’ASML (-1,87%), le spécialiste néerlandais des équipements de fabrication de semi-conducteurs, dont les prévisions inférieures aux attentes de plusieurs analystes occultent des trimestriels au-dessus du consensus.

A la hausse, Nestlé gagne 3,38% après avoir revu à la hausse sa prévision annuelle de croissance organique.

TAUX

Le rendement des bons du Trésor à dix ans a atteint un nouveau un peu avant de six mois à 1,673%, confirmant que les préoccupations liées au resserrement des politiques monétaires restent bien présentes.

Les investisseurs surveilleront donc le Bouqin beige de la Réserve fédérale qui doit être publié à 18h00 GMT, sur lequel s’appuiera la banque centrale pour sa réunion de travail de novembre, potentiellement décisive pour le lancement du « tapering ».

Sur le marché européen, les rendements de référence, qui montaient dans les premiers échanges, sont repartis à la baisse, à -0,12% pour le Bund allemand à dix ans.

CHANGES

Hésitant en début de journée face au regain pour l’appétit pour le risque, le dollar est à présent orienté à la hausse face aux autres grandes devises (+0,08%).

Il a ainsi touché un nouveau un peu avant de 4 ans face au yen à 114,69 et l’euro cède de nouveau du terrain, à 1,1631 dollar contre plus de 1,1650 avant l’ouverture des marchés européens.

La bouqin sterling, elle, recule après les chiffres inférieurs au consensus de l’inflation au Royaume-Uni en sept..

PÉTROLE

Le marché pétrolier continue de creuser ses pertes après les déclarations mardi des autorités chinoises sur un possible encadrement des prix du charbon, dont la hausse est l’une des majeures causes de l’envolée du prix du baril ces dernières semaines.

Le Brent abandonne 1,14% à 84,11 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,16% à 82,00 dollars.

(Reportage Marc Angrand, édité par Blandine Hénault)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *