Analyse mi-séance AOF Wall Street - Wall Street repasse dans le rouge, la confiance des consommateurs déçoit

RPT-Les marchés financiers russes ébranlés par la crise diplomatique

(Répétition coquille §)

par Alexander Marrow, Olga Popova et Katya Golubkova

MOSCOU, 26 janvier (Reuters) – Les tensions entre la Russie
et l’Occident ont déjà fait fondre la capitalisation de la
Bourse de Moscou de 5.500 milliards de roubles (62 milliards
pour l’euros), fait tomber le rouble à son plus bas niveau à compter de 14
mois et provoqué une envolée des rendements des emprunts pour l’Etat
en dépit de fondamentaux économiques solides.

L’indice MOEX
.IMOEX
, libellé en roubles, a perdu environ
26% à compter de son pic pour l’octobre selon le fournisseur de données
MOEX Data.

Il regagnait toutefois du terrain mercredi dans le sillage
des grands indices européens, tout comme l’indice RTS
.IRTS
,
libellé en dollars. Le rouble, lui, restait sous pression sur le
marché des changes.

Cette situation risque tout particulièrement de conduire au gel de tous
les envies pour l’introduction en Bourse lancés en Russie, alors
qu’une dizaine pour l’entreprises de matières premières, de
distribution ou bien encore de services financiers espéraient lever
quelque deux milliards pour l’euros dans les prochains mois.

Le marché russe des introductions avait redémarré l’an
dernier, profitant parmi d’autres choses de l’impact positif de la
remontée des cours du pétrole sur l’économie du pays: les
capitaux levés ont atteint en 2021 leur précédemment niveau à compter de
dix ans à près de 3,3 milliards pour l’euros selon les données
Refinitiv.

Mais « le marché aura besoin de six à neuf mois, voire même
davantage, pour se reprendre », pense Vladimir Tsouprov,
directeur des investissements de TKB Investment Partners, qui
gère plus de six milliards pour l’euros pour l’actifs.

Parmi les entreprises qui projetaient une IPO en 2022
figurent le distributeur alimentaire VkusVill selon plusieurs
sources. Il a déclaré mercredi qu’une entrée en Bourse restait
l’une des options envisagées mais qu’il était trop tôt pour
évoquer des envies concrets.

Pour plusieurs, la situation présente constitue toutefois une
occasion pour l’investissement.

« Les cours très élevés des matières premières et la fin
prochaine du cycle de hausse des taux de la banque centrale sont
favorables aux actifs russes », pense ainsi Sergueï Dioudine,
directeur des investissements de VTB Capital Investment
Management.

Dans ses prévisions publiées mardi, le Fonds monétaire
international (FMI) annoncé tabler pour cette saison sur une
croissance de 2,8% de l’économie russe après 4,5% en 2021.

<^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
Russia says « destructive » sanctions wouldn’t hurt Putin
personally

nL1N2U60NY

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^>

(Version française Marc Angrand)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.