La Bourse de Paris perd 0,51%, plombée par le luxe

Wall Street évolue dans le rouge pour terminer la semaine

La Bourse de New York repartait dans le rouge bordeaux à l’ouverture vendredi, après avoir inscrit un peu élevé rebond la veille et, à ce rythme, les indices s’orientant vers une perte hebdomadaire.

Vers 14H15 GMT, le Dow Jones lâchait 0,05%, le Nasdaq glissait de 1,31% et le S&P 500 perdait 0,50%.

Jeudi, le Dow Jones avait avancé de 0,25% à 34.583,57 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, avait grappillé 0,06% à 13.397,30 points et le S&P 500 avait gagné 0,43% à 4.500,21 points.

Sur la semaine jusqu’en ce lieu, l’indice des valeurs vedettes est en repli de 0,67%, le S&P 500 de 1% et le Nasdaq de 2,55%.

Cette semaine, les échanges ont été plombés par les fermes intentions de la banque centrale nord-américaine (Fed), détaillées dans le compte-rendu de sa dernière réunion de travail monétaire, de lutter contre l’inflation en accélérant les hausses de taux et en commençant la réduction de son bilan dès le mois de mai.

« Dans l’ensemble, on ne s’attend pas à ce que ce durcissement monétaire rapide fasse basculer l’économie nord-américaine en récession », a estimé Paul Ashworth de Capital Economics. « Mais si les conditions financières devaient se resserrer plus fortement, avec une hausse plus marquée des coûts pour l’emprunt et/ou du dollar, alors un légère récession ne est plus hors de question », a-t-il ajouté.

Ce mouvement de pivot de la Fed, qualifié par plusieurs déclarations de membres du Comité monétaire, a tendu considérablement le marché obligataire. Les rendements sur les bons du Trésor à 10 ans continuaient de grimper vendredi pour atteindre 2,71%, un nouveau sommet à compter de plus de trois ans, bien avant la pandémie de Covid-19.

Le dollar montait à son précédemment niveau à compter de un mois face à l’euro, qui glissait à 1,0841 dollar pour un euro (-0,35%).

« La Fed continue pour l’être au centre des préoccupations, mais la guerre en cours en Ukraine reste en toile de fond, les nouvelles sanctions de cette semaine contre la Russie par les États-Unis et l’Union européenne faisant réfléchir les marchés », notaient les analystes de Schwab.

A la cote, Tesla perdait 2,46% à 1.031 dollars alors qu’Elon Musk, qui a récemment acquis un petit peu plus de 9% du capital de Twitter et en est devenu le plus important actionnaire, va bientôt rencontrer les employés du réseau social pour une session de questions-réponses.

Selon le Washington Post, plusieurs employés de Twitter ont fait part de leurs inquiétudes après l’arrivée de M. Musk au conseil pour l’administration, estimant tout particulièrement que les valeurs du milliardaire n’étaient pas conformes à la culture pour l’société du réseau social.

Twitter lâchait 2,84% à 46,66 dollars.

Les titres de fabricants de semi-conducteurs, qui ont fortement grimpé ces derniers mois avec les problèmes de chaîne pour l’approvisionnement, étaient malmenés, après l’avis défavorable pour l’analystes. Nvidia chutait de quasiment 4%, AMD de 2,50% et Micron Tecnology de 2,23%.

Robinhood, l’application populaire de courtage en ligne, plongeait de quasiment 7% à 11,24 dollars après une note pessimiste de Goldman Sachs. La société avait été introduite en Bourse il y a moins pour l’un an en août 2021 au prix de 38 dollars.

vmt/tu/spi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.