CAC40 : limite la casse mais aligne une 3ème semaine de repli

Wall Street finit sur des records, après la Fed peu pressée de relever les taux

La Bourse de New York a accompli en parfaite hausse sur de nouveaux records mercredi, soulagée par la Fed qui paraît peu pressée de relever les taux, quand bien même, comme anticipé, la Banque centrale étasunienne restreint son soutien monétaire.

Selon des résultats définitifs à la clôture, l’indice Dow Jones a accroché un nouveau record à 36.157,58 points (+0,29%) tout comme le Nasdaq qui a bondi de 1,04% à 15.811,58 points et le S&P 500 à 4.660,57 points (+0,65%).

L’indice Russell 2000 des petites capitalisations est aussi parvenu à un record, terminant à 2.404,28 points en hausse de 1,80%.

Wall Street avait commencé la séance sur la pointe des pieds, jusqu’à l’issue de la réunion de travail monétaire de la Banque centrale étasunienne (Fed), en début pour l’après midi. Les indices sont alors partis en territoire positif avec la confirmation des plans de la Fed.

La Réserve fédérale étasunienne a annoncé la diminution de 15 milliards de dollars chaque mois de ses achats pour l’actifs, pour terminer ces injections de liquidités au milieu de 2022.

Jerome Powell, le boss de la Fed, a spécifié que la Banque centrale pouvait être “patiente” avant de relever les taux pour l’but et que l’inflation, certes “élevée”, était poussée par des facteurs “qui devraient être temporaires”.

“Compte tenu du discours sur l’inflation, le ton est plus accommodant que anticipé et confirme notre opinion selon laquelle la Fed ne commencera pas à relever les taux pour l’but avant le début de 2023”, a commenté Paul Ashworth, économiste pour Capital Economics.

Sur le marché obligataire, les taux sur les bons du Trésor à 10 ans se sont toutefois tendus à 1,5772 % contre 1,5488%.

– Pas de surprise –

Pour Karl Haeling de LLBW, “la décision de la Fed était largement anticipée et la réaction du marché dévoile qu’il n’avait pas crainte”. “Pas de surprise donc et, en outre, les indicateurs de la journée étaient solides”, a ajouté l’analyste.

Parmi eux, les conceptions pour l’emplois dans le domaine privé ont fortement augmenté aux États-Unis le mois dernier, dépassant largement les attentes.

En octobre, 571.000 emplois privés ont été créés, selon l’enquête mensuelle de la firme de services aux entreprises ADP.

Cette enquête présage normalement de solides embauches dans les chiffres officiels qui demeurent attendus vendredi. Secteurs privé et public confondus, 400.000 conceptions pour l’emplois sont attendues mais le taux de chômage devrait apparaître en très léger recul, à 4,7% contre 4,8% en sept..

Au rang des actions, le loueur de voiture avec chauffeur Lyft a annoncé une forte hausse de ses résultats au 3ème trimestre. Le groupe a signalé un triplement des courses vers les aéroports et s’est réjoui du retour des habitudes de déplacement. L’action a grimpé de 8,19% à 49,03 dollars. Celle de son concurrent Uber a suivi (+6,53% à 45,69 dollars).

Plusieurs actions ont affiché des évolutions extrêmes rappelant l’opus des actions virales comme celles de GameStop qui avaient déstabilisé Wall Street les premiers jours de l’année.

L’action de la chaîne pour l’équipements pour la maison Bed Bath and Beyond, qui était déjà un titre qui enthousiasmait les boursicoteurs en ligne mais qui faisait aussi l’objet de paris à la baisse (short) de la part des investisseurs, a grimpé de 15,22% à 19,30 dollars. L’enseigne a annoncé un partenariat de distribution avec les supermarchés Kroger.

Le loueur de voitures Avis, dont la cotation avait été plusieurs fois interrompue la veille parce qu’hyper-volatile, est redescendu de 16,54% à 298,09 dollars.

Le groupe de location de voitures a annoncé des résultats mirobolants au 3ème trimestre avec la reprise des trajets et les augmentations de prix.

Le site américain pour l’offres d’emplois immobilières Zillow était un autre exemple de ces mouvements extrêmes. L’action a chuté de 24,92% à 65,47 dollars après que le groupe a annoncé mettre un terme à son activité pour l’achat et de revente de biens immobiliers et le licenciement pour l’un quart de ses effectifs.

vmt/nth

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *