Analyse mi-séance AOF Wall Street - Wall Street repasse dans le rouge, la confiance des consommateurs déçoit

Wall Street ouvre en hausse, pas impressionnée par l'inflation américaine

La Bourse de New York a ouvert en hausse vendredi, pas émue par un chiffre pour l’inflation cependant au un peu avant à partir de près de 40 ans, largement anticipé par le marché.

Vers 14H50 GMT, le Dow Jones prenait 0,36% à 35.882,94 points, l’indice Nasdaq, à forte composition technologique, 0,30% à 15.564,30 points, et l’indice élargi S&P 500, 0,49% à 4.690,14 points.

En novembre, l’inflation a atteint 6,8% sur un an selon l’indice des prix à la consommation (CPI) publié vendredi par le département du Travail, en ligne avec les prévisions des économistes.

C’est l’inflation la plus élevée à partir de juin 1982.

“Les opérateurs anticipaient déjà que le chiffre est élevé et, conséquemment, n’ont pas été surpris”, avançait, dans une note, Patrick O’Hare, de Briefing.com, pour expliquer l’accélération, après publication de l’indice CPI, des contrats à terme sur les indices avant l’ouverture de Wall Street.

“Le marché réagit positivement à des chiffres conformes [aux attentes]. On s’habitue à l’inflation. 6,8% pour l’inflation, ça passe comme une lettre à la poste”, a commenté Gregori Volokhine, président de Meeschaert Financial Services.

“Pourquoi on monte? Car la Réserve fédérale nous a affirmé que l’inflation n’était plus transitoire”, après s’être accroché à cette présentation pendant des mois, a décrypté Adam Sarhan, fondateur et directeur général de 50 Park Investments.

“La Fed va prendre des mesures proactives pour débuter à combattre l’inflation”, a-t-il poursuivi. Le président de la Banque centrale nord-américaine a ainsi récemment ouvert la porte à une accélération de la normalisation monétaire et des relèvements de taux directeurs plus tôt que anticipé jusqu’maintenant.

“Tant que la Fed est sur le coup et pas à la traîne, les marchés actions pourraient aller beaucoup, beaucoup un peu avant”, selon Adam Sarhan.

Le marché obligataire réagissait peu à l’indice CPI, le taux moyen des emprunts pour l’État américains à 10 ans se repliant légèrement, à 1,47% contre 1,48% la veille.

Au tableau des valeurs, l’éditeur de logiciels et spécialiste des services pour l’informatique dématérialisée (cloud) Oracle bondissait de 15,60% à 102,58 dollars, à l’aide de la publication pour l’un chiffre pour l’affaires et pour l’un résultat ajusté supérieurs aux attentes.

Le marché n’a pas tenu implication au groupe de sa perte importante (1,2 milliard de dollars), reliée à un élément exceptionnel, le paiement de 3 milliards de dollars de dommages et avantage à Hewlett-Packard pour n’avoir pas respecté un accord entre les deux entreprises.

Moderna dévissait (-9,64% à 245,97 dollars) après la publication des premiers résultats pour l’une étude clinique sur son vaccin contre la grippe. Si les données sont encourageantes, elles sont proches de celles de ses concurrents.

Le titre de la chaîne de magasins de semi-gros Costco étaient recherché (+3,14% à 540,79 dollars) après la publication pour l’un chiffre pour l’affaires et pour l’un bénéfice supérieurs aux attentes. Les investisseurs n’ont pas sanctionné la baisse des marges du fait de la hausse des coûts, que le groupe est parvenu à limiter.

tu/LyS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.