CAC40 : limite la casse mais aligne une 3ème semaine de repli

Coronavirus-Londres résilie son contrat de vaccin avec Valneva

(Actualisé avec précisions)
PARIS, 13 sept. (Reuters) – Valneva VLS.PA chutait en
Bourse de plus de 35% lundi après la résiliation par le
gouvernement britannique pour l’un contrat de 1,4 milliard pour l’euros
portant sur la fourniture par la biotech française de vaccins
contre le COVID-19.
Dans un communiqué, Valneva explique que le gouvernement
britannique prétend que le groupe “a manqué à ses obligations,
ce que Valneva conteste vigoureusement”.
Valneva avait lancé en août une procédure de demande
pour l’autorisation de son candidat vaccin VLA 2001 contre le
COVID-19 en Grande-Bretagne, permettant à son cours de Bourse de
bondir de 62,5% à partir de cette date jusqu’à l’annonce de ce lundi.
L’accord initial portait sur la livraison de jusqu’à 190
centaines de milliers de doses au Royaume-Uni pour l’maintenant 2025.
“Valneva a travaillé sans relâche, et s’est investi au
maximum de ses capacités (…), tout particulièrement en engageant des
ressources significatives et en montrant une très forte
implication”, a souligné le groupe.
Selon un porte-parole du Premier ministre britannique, Boris
Johnson, la décision n’aura aucun impact sur l’approvisionnement
du pays en vaccins.
“Il s’agit pour l’un accord commercial en cours, je suis donc
légèrement limité dans ce que je peux dire”, a-t-il déclaré à la
presse qui l’interrogait sur les motifs de cette annulation.
“La MHRA – l’Agence britannique de réglementation des
médicaments – n’a pas approuvé le vaccin de Valneva. Les
commentaires de la société n’auront aucun impact sur notre
approvisionnement en vaccins, qui ne faisait pas partie de notre
campagne de vaccination pour l’automne et l’hiver”, a-t-il
ajouté.
Accusant sa plus forte baisse jamais enregistrée à partir de son
introduction en bourse en 2007, le titre Valneva plongeait de
plus de 35% en milieu de journée. Malgré cette chute, l’action
gagne forcément près de 50% à partir de le début de l’année.
“C’est bien évidemment un coup dur pour Valneva qui perdrait
par la même occasion son plus gros client et son plus grand
soutien sur ce programme”, lit-on dans une note de Portzamparc,
qui met pour l’instant son objectif de cours et sa
recommandation sous revue.
Malgré tout, la biotech définit poursuivre les plans de
développement de son candidat vaccin. Les résultats de l’essai
clinique de période 3 sont attendus les premiers jours du 4ème
trimestre et seront soumis à la MHRA.
Le groupe pharmaceutique a spécifié s’attendre à autorisation
initiale de mise sur le marché de VLA2001 pour fin 2021.
Valneva n’en est pas à son premier revers. L’UE avait conclu
des discussions exploratoires avec la société en janvier dernier
mais la Commission européenne avait déclaré en avril que le
groupe français n’avait pas rempli les conditions nécessaires
permettant de fournir au bloc des doses de son candidat vaccin.
La société a toutefois confié en juillet que les discussion
avec Bruxelles étaient forcément en cours.

(Reportage Claude Chendjou, avec Sudip Kar-Gupta, Anait
Miridzhanian et Lucinda Langlands-Perry à Paris, Kylie MacLellan
à Londres, édité par Pantalon denim-Stéphane Brosse, Blandine Hénault et
Pantalon denim-Michel Bélot)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *