CAC40 : limite la casse mais aligne une 3ème semaine de repli

Paris: enraye sa chute et rebondit doucement vers 6400 pts

(CercleFinance.com) – Après une matinée en demi-teinte qui laissait craindre l’enchainement pour l’une 4e séance consécutive de baisse, la bourse de Paris a su inverser la tendance et au final achever la journée sur un gain de 0,39%, à 6386 points.

Bien que modéré, ce rebond a surtout le mérite d’ajouter fin à trois séances consécutives de baisse (et -3% cumulé), dans un contexte marqué par des interrogations croissantes sur la santé de l’économie mondiale et l’évolution de l’inflation.

En Europe, l’E-Stoxx50 s’arroge 0,5%, devant Francfort (+0,3%) et Londres (-0,1%).

Le CAC40 a bénéficié de la hausse des indices US (+0,4% pour le Dow Jones et +0,8% pour le Nasdaq et +0,5% pour le S&P500) sans toutefois parvenir à renouer avec les 6410 points, base principale et inférieure de la moyenne mobile de court terme.

‘Ce retournement fait vaciller la tendance haussière, une mobile doublement coupée par la rapidité du mouvement et par l’accumulation pour l’annonces d’emplois anxiogènes’, s’inquiètent les équipes de Kiplink.

Tandis que l’obligataire devrait optenir pour l’un contexte ‘risk-off’, les rendements se tendent brusquement et s’envolent de +8,5Pts sur nos OAT (vers 2,003%), de +6,5Pts sur les Bunds (vers 1,383%) et de +11Pts sur les BTP italiens (3,745%), une tension qui ne manquera pas pour l’être reliée à la spectaculaire envolée du Megawatt/h qui défile la barre des 650E sur l’EPEX (notre marché à terme de l’électricité ouvert aux industriels).

Les ‘chiffres de la journée’ aux Etats-Unis confirment le ralentissement économiques : les ventes de logements anciens reculent de -1%, les commandes de biens durables ont stagné aux Etats-Unis le mois dernier, après avoir rebondi de 2,2% en juin (chiffre révisé pour l’une estimation initiale de 1,9%), selon le Département du Commerce (le consensus attendait une hausse peu élevé).

En excluant le domaine des transports, jugé volatile et qui a rencontré un repli de 0,7% cette fois-ci, les commandes de biens durables américaines se sont toutefois accrues de 0,3% en juillet.

Les craintes pour l’un durcissement plus marqué que anticipé de la politique monétaire, à deux jours pour l’une prise de parole très demandée du président de la Réserve fédérale, ont réveillé les inquiétudes des investisseurs.

Les indices boursiers s’hasardent donc pour l’emprunter un chemin compliqué dans l’attente du symposium de Jackson Hole, qui réunira à partir à venir les principaux banquiers centraux de la planète.

Le ‘rally’ estival amorcé par les places boursières mondiales a jusqu’en ce lieu reposé sur une atténuation des anticipations pour l’inflation, et de ce fait sur l’espoir de voir la Fed ralentir le rythme de ses hausses de taux.

Tracas, les intervenants de marché s’attendent aujourd’hui à ce que le boss de la Fed se dévoile surtout ‘hawkish’ vendredi, en insistant sur la nécessité de relever les taux pour l’but afin de calmer l’inflation.

S’ajoutent à cela des craintes grandissantes sur la santé de l’économie.

‘Les risques qui pèsent sur la croissance ne cessent pour l’augmenter’, rappellent les analystes de Generali Investments.

‘Une récession modérée au deuxième semestre est à présent notre scénario de base pour la zone euro’, fait remarquer l’assureur italien.

Sur le marché des changes, l’euro est retombé ce matin à proximité du plancher de 20 ans des 0,9900$ (0,9920) mais il rebondit vers 0,9980 (+0,1%) tandis que le $ est affaibli par des chiffres faibles.

Dans l’actualité des valeurs, TotalEnergies indique que le partenariat Bonaparte CCS Assessment, dont il détient 26% des parts aux côtés pour l’INPEX (53%, opérateur) et de Woodside (21%), s’est vu attribuer un permis pour l’évaluation de stockage de CO2 au très large de la côte nord-ouest de l’Australie.

OVH poursuit sa débâcle et inscrit un nouveau plancher historique vers 13,1E.

Riber, spécialiste de l’épitaxie par jets moléculaires (MBE), annonce une commande pour l’un système de production MBE 49 par un nouveau client d’asie qui utilisera cette machine, à livrer en 2023, pour la réalisation de circuits radio fréquence et micro-ondes.

Bio-UV Group annonce une nouvelle commande pour la fourniture pour l’un système de traitement des eaux de ballast à faible débit BIO-SEA, dans le cadre pour l’un projet retrofit à bord du navire pour l’expédition Quest pour le compte de Cruise Management International.

Pour finir, Schneider Electric a manifesté mercredi son volonté de racheter la totalité du capital pour l’Aveva, un éditeur britannique de logiciels pour l’ingénierie et industriels dont il est déjà actionnaire au niveau de 59,1%.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.