Paris : léger repli avant les statistiques et résultats US

Une semaine de Bourse Les marchés ont retrouvé le goût du risque

(AOF) – Les marchés actions européens ont terminé en légère baisse, les investisseurs reprenant leur souffle après une 1ère partie de semaine vécue tambour battant. Le CAC 40 a cédé 0,24% à 6 991,68 points. Sur la semaine, la Bourse de Paris enregistre cependant un gain de 3,3%. L’évolution est analogue pour l’indice Euro Stoxx 50 qui a abandonné 0,25% vendredi, mais gagne 2,8% en cinq séances. Wall Street, lui, affiche ce soir une once pour l’optimisme en plus. A la mi-séance, le Dow Jones et le Nasdaq gagnent 0,1%.

Après une fin novembre tourmentée par la découverte du variant Omicron, les Bourses ont repris leur marche vers l’avant, rassurées par de premières études révélant que le variant n’était pas plus dangereux que ses prédécesseurs.

S’il paraît parvenir à contourner la protection vaccinale à deux doses, la 3ème est globalement protectrice. Et, le cas échéant, un vaccin  » dédié  » peut être commercialisé dès le mois de mars.

Le risque Omicron a-priori rejeté, les investisseurs ont pu se focaliser sur le graphisme directeur des prochains mois : l’évolution des politiques monétaires des banques centrales.

Ainsi, ils attendaient avec but les chiffres de l’inflation étasunienne de novembre tombés en début pour l’après-midi. Ils sont ressortis sans grande surprise.

L’inflation a continué de progresser le mois dernier pour atteindre son précédemment niveau à partir de les décennies 1980. Elle a augmenté de 6,8% sur l’année et de 0,8% en novembre.

Les moteurs de cette inflation demeurent inchangés : il s’agit tout particulièrement du prix du logement, de la forte demande des consommateurs et des perturbations connues par les chaînes de production.

 » Les économistes s’attendent maintenant à voir l’inflation atteindre son précédemment niveau au premier trimestre 2022 et demeurer élevée tout au long de l’année « , a commenté Jonathan Baltora, head of Sovereign, Inflation & FX chez AXA IM.

 » La Réserve Fédérale s’est beaucoup préoccupée de ne pas commettre une erreur de politique monétaire en normalisant prématurément les conditions de financement, elle se trouve aujourd’hui face à une inflation durable et plus élevée qu’attendu « , analyse l’expert. La réponse de la Fed à ce dilemme est demandée le 15 décembre. Pour l’maintenant là, les marchés devraient demeurer sur leur garde.

Le palmarès hebdomadaire de la Bourse de Paris est dominé par Airbus (+7,5%) et Michelin (+7,4%). Les deux valeurs avaient souffert la semaine précédente de irruption pour l’Omicron.

Hermès (-1,1%) a accusé la plus forte baisse du CAC 40, pénalisé par son impressionnante valorisation (70,7 fois son bénéfice attendu en 2021).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.