Une semaine sur les marchés : le recap du 21 au 25 février

Une semaine sur les marchés : le recap du 21 au 25 février

(Crédits photo : Adobe Stock – )

Lundi 21 février


CAC 40 : -2,04% à 6788,34 points

Le fait de la journée

Début de semaine dans le dur pour le CAC 40 avec un regain de tension sur la situation ukrainienne et tandis que les marchés américains sont fermés pour cause de President’s Day. Evoquée dans la matinée par l’Elysée, la possible tenue pour l’un sommet Poutine-Biden a perdu en crédibilité pendant la journée.

Valeurs en vue

Faurecia perd plus de 5% tandis que l’équipementier automobile publie une perte parfaite en forte réduction au titre de 2021 : 79 centaines de milliers contre 379 centaines de milliers en 2020. La marge opérationnelle a elle gagné 2,6 points, à 5,5%. Pour 2022, Faurecia vise une marge opérationnelle entre 6 et 7% et un chiffre pour l’affaires compris entre 17,5 et 18 milliards.

Mardi 22 février


CAC 40 : -0,01% à 6787,60 points

Le fait de la journée

Malgré une arggravation et une accélération de la crise ukrainienne, l’indice parisien parvient à finaliser à l’équilibre. Mais la situation à l’Est devient très préoccupante :  après un discours très offensif de Vladimir Poutine hier soir qui a reconnu deux républiques séparatistes auto-proclamées de l’est de pour l’Ukraine, la Russie a annoncé une opération de « maintien de la paix » de l’armée russe, qui peut à terme justifier une invasion du territoire ukrainien.

Valeur en vue

Attaqué à compter de trois séances Worldline gagne plus de 10% à l’aide de une publication 2021 saluée. Le résultat net part du groupe des opérations poursuivies s’est élevé à 191 centaines de milliers pour l’euros, en hausse de 50,2%. Pour 2022, le groupe vise une croissance organique du chiffre pour l’affaires entre 8 et 10%.

Mercredi 23 février


CAC 40 : -0,10% à 6780,67 points

Le fait de la journée

Pour l’abord orienté à la hausse, le marché français a de nouveau consolidé aujourd’hui, les yeux rivés sur l’Ukraine. Selon l’agence Bloomberg une cyberattaque est en cours dans le pays et affecterait les sites gouvernementaux et des banques.

Valeur en vue

C’est Stellantis qui a nettement accéléré à l’aide de des résultats 2021 excellents. Malgré une année marquée par la pénurie de semi-conducteurs qui a amputé la réalisation de Stellantis de 1,7 million de véhicules, le constructeur automobile a dépassé les attentes : .là où les analystes attendaient en moyenne des revenus de 148 milliards pour l’euros, un résultat opérationnel courant (ROC) de 15 milliards pour l’euros et un bénéfice net de 11 milliards pour l’euros. Le groupe a publié un chiffre pour l’affaires de 152 milliards, un ROC de 18 millliards et un résultat net de 13,4 milliards pour l’euros. Prochain rendez-vous la présentation du plan stratégique qui aura lieu le 1er mars.

Jeudi 24 février


CAC 40 : -3,83% à 6521,05 points

Le fait de la journée

Coup de tonnerre sur la scène internationale tandis que la Russie a lancé dans la nuit une opération style militaire de grande ampleur pour l’invasion de l’Ukraine. Effet immédiat sur le cours de matières premières, dont celui du pétrole, qui s’envole. Les marchés européens sont sonnés mais les indices américains réagissent, eux, beaucoup mieux. Tandis que la guerre en Ukraine peut conduire la Fed à modérer son resserrement monétaire, le Nasdaq va jusqu’à prendre plus de 3%.

Valeur en vue

Exposée à la Russie via sa filiale Rosbank, Société Générale perd un petit peu plus de 12% en bas de classement du CAC 40. La banque réalise autour de 7% de son bénéfice net en Russie, selon les analystes de JPMorgan.

Vendredi 25 février


CAC 40 : +3,55% à 6752,43 points

Le fait de la journée

Rasséréné par la bonne tenue de Wall Street, les marchés rebondissent en Europe tandis que l’offensive style militaire se poursuit en Ukraine. Des combats se dérouleraient à proximité de la ville de Kiev.

Valeur en vue

Gros décrochage pour Casino (-12,29% à 16,01 euros). En 2021, les ventes totales du groupe ont baissé de 0,8% à magasins comparables pour atteindre 30,5 milliards pour l’euros. Surtout, son bénéfice pour l’exploitation a baissé de 12% à change constant pour atteindre 1,19 milliard pour l’euros. La sanction est vive pour le titre qui cédait plus de 16% dans la matinée.


LG  ([email protected])

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.