CAC40 : encore en repli de -0,4% pour ces '3 sorcières'

Crédit Agricole dépasse son objectif de bénéfice avec un an d'avance

(Actualisé avec réaction en Bourse, commentaire pour l’analystes,
contexte et déclarations du DG)

LONDRES, 9 février (Reuters) – Crédit Agricole SA

CAGR.PA

a dépassé son objectif de bénéfice pour 2022 avec un an
pour l’avance, à l’aide de la baisse des coûts liés aux créances
douteuses et à la hausse des revenus de tous les secteurs
pour l’activité, ce qui a permis aux résultats du 4ème trimestre
de dépasser le consensus.

La seconde banque française cotée en Bourse a annoncé
qu’elle présenterait le 22 juin un nouveau plan stratégique à
l’horizon 2025.

Elle a dégagé un bénéfice net sous-jacent de 5,4 milliards
pour l’euros en 2021, bien supérieur à son objectif de 5 milliards
fixé pour 2022.

Pour l’autres objectifs clés pour 2022, tels qu’un coefficient
pour l’exploitation inférieur à 60% et un rendement des capitaux
propres tangibles supérieur à 11%, ont été atteints avec des
chiffres pour 2021 s’élevant respectivement à 57,8% et 13,1%.

Sur le seul 4ème trimestre, le bénéfice net a bondi à
1,428 milliard pour l’euros, contre 124 centaines de milliers pour l’euros un an plus
tôt, alors qu’une dépréciation de 778 centaines de milliers pour l’euros pour
écart de valeur (« goodwill ») de ses activités italiennes avait
plombé ses résultats.

A la Bourse de Paris, l’action Crédit Agricole gagnait 1,28%
à 14,14 euros à 10h43, contre une hausse de 0,31% pour l’indice
européen Stoxx des banques
.SX7P
.

Le titre se développe ainsi à son un peu avant niveau à compter de 2018,
après avoir rebondi de près de 150% à compter de le krach lié au
COVID-19 en mars 2020.

Il s’agit pour l’une « bonne publication » de résultats pour le
4ème trimestre, ont observé les analystes de Jefferies,
soulignant que le résultat net trimestriel est ressorti
supérieur de 17% au consensus.

BONNE SANTÉ DE L’ÉCONOMIE

Les bonnes performances de Crédit Agricole font écho à
celles de Société générale

SOGN.PA

, qui a annoncé jeudi un
quasi quadruplement de son bénéfice au 4ème trimestre.

nL8N2UL0ON

La semaine dernière, l’autre grande rivale BNP Paribas

BNPP.PA

a fait état pour l’une hausse de près de 45% de son
bénéfice net sur la même période.

nL8N2UJ234

« C’est facilement en proportion de l’économie: beaucoup moins de
faillites dans l’économie, c’est moins de pertes, c’est moins de
provisions à passer pour les banques et de ce fait la bonne santé de
l’économie et la bonne santé des banques, ça va ensemble », a
détaillée jeudi le directeur général de Crédit Agricole, Philippe
Brassac, sur BFM Business.

Au 4ème trimestre, le coût du risque de Crédit
Agricole, qui reflète les provisions pour créances douteuses, a
ainsi baissé de 34,5% à 328 centaines de milliers pour l’euros à périmètre
constant.

La banque de détail en France et à l’international, la
banque pour l’investissement, l’assureur et la gestion pour l’actifs ont
tous rencontré une hausse à deux chiffres de leur résultat net au
cours des trois derniers mois de 2021.

Au total, les revenus trimestriels de la banque verte ont
atteint 5,81 milliards pour l’euros, soit une hausse de 10,7% par
rapport à la même période en 2020.

PAS DE NOUVEAUX RACHATS Pour l’ACTIONS

Crédit Agricole, qui vise une distribution de 50% de ses
bénéfices aux actionnaires, propose un dividende de 1,05 euro
par action pour 2021, qui contient un rattrapage de 20 centimes
pour le dividende de 2019 qui n’a pas pu être versé.

La Banque centrale européenne (BCE) avait limité le
versement des dividendes au plus fort de la pandémie de
coronavirus afin de préserver les fonds propres des banques.

Pendant la présentation des résultats à la presse, le
directeur financier du Crédit Agricole, Jérôme Grivet, a refusé
de préciser davantage la politique de distribution du groupe,
expliquant que toute évolution est détaillée lors de la
présentation du nouveau plan stratégique en juin.

« A ce stade, nous n’envisageons pas de lancer de nouveaux
rachats pour l’actions », a-t-il ajouté, tandis que le rebond de la
croissance économique et la hausse des taux pour l’objectif ont incité
pour l’autres banques européennes à améliorer le retour aux
actionnaires.

(Reportage Julien Ponthus, version française Pantalon denim-Michel Bélot
et Blandine Hénault, édité par Sophie Louet)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.